Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
https://angouleme.catholique.fr/Dimanche-15-mars-2020

Dimanche 15 mars 2020

3e du Carême

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • réagir
  • 0 vote




" Donne-moi de cette eau "


L’ÉVANGILE DU JOUR

« Une source d’eau jaillissant pour la vie éternelle » (Jean 4, 5-42)

En ce temps-là, Jésus arriva à une ville de Samarie, appelée Sykar, près du terrain que Jacob avait donné à son fils Joseph. Là se trouvait le puits de Jacob. Jésus, fatigué par la route, s’était donc assis près de la source. C’était la sixième heure, environ midi.

Arrive une femme de Samarie, qui venait puiser de l’eau. Jésus lui dit : « Donne-moi à boire. » – En effet, ses disciples étaient partis à la ville pour acheter des provisions. La Samaritaine lui dit : « Comment ! Toi, un Juif, tu me demandes à boire, à moi, une Samaritaine ? » – En effet, les Juifs ne fréquentent pas les Samaritains. Jésus lui répondit : « Si tu savais le don de Dieu et qui est celui qui te dit : ‘Donne-moi à boire’, c’est toi qui lui aurais demandé, et il t’aurait donné de l’eau vive. » Elle lui dit : « Seigneur, tu n’as rien pour puiser, et le puits est profond. D’où as-tu donc cette eau vive ? Serais-tu plus grand que notre père Jacob qui nous a donné ce puits, et qui en a bu lui-même, avec ses fils et ses bêtes ? » Jésus lui répondit : « Quiconque boit de cette eau aura de nouveau soif ; mais celui qui boira de l’eau que moi je lui donnerai n’aura plus jamais soif ; et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau jaillissant pour la vie éternelle. » La femme lui dit : « Seigneur, donne-moi de cette eau, que je n’aie plus soif, et que je n’aie plus à venir ici pour puiser. » Jésus lui dit : « Va, appelle ton mari, et reviens. » La femme répliqua : « Je n’ai pas de mari. » Jésus reprit : « Tu as raison de dire que tu n’as pas de mari : des maris, tu en a eu cinq, et celui que tu as maintenant n’est pas ton mari ; là, tu dis vrai. » La femme lui dit : « Seigneur, je vois que tu es un prophète !... Eh bien ! Nos pères ont adoré sur la montagne qui est là, et vous, les Juifs, vous dites que le lieu où il faut adorer est à Jérusalem." Jésus lui dit : « Femme, crois-moi : l’heure vient où vous n’irez plus ni sur cette montagne ni à Jérusalem pour adorer le Père. Vous, vous adorez ce que vous ne connaissez pas ; nous, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs. Mais l’heure vient – et c’est maintenant – où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et vérité : tels sont les adorateurs que recherche le Père. Dieu est esprit, et ceux qui l’adorent, c’est en esprit et vérité qu’ils doivent l’adorer. » La femme lui dit : « Je sais qu’il vient, le Messie, celui qu’on appelle Christ. Quand il viendra, c’est lui qui nous fera connaître toutes choses. » Jésus lui dit : « Je le suis, moi qui te parle. »

À ce moment-là, ses disciples arrivèrent ; ils étaient surpris de le voir parler avec une femme. Pourtant, aucun ne lui dit : « Que cherches-tu ? » ou bien : « Pourquoi parles-tu avec elle ? » La femme, laissant là sa cruche, revint à la ville et dit aux gens : « Venez voir un homme qui m’a dit tout ce que j’ai fait. Ne serait-il pas le Christ ? » Ils sortirent de la ville, et ils se dirigeaient vers lui. Entre-temps, les disciples l’appelaient : « Rabbi, viens manger. » Mais il répondit : « Pour moi, j’ai de quoi manger : c’est une nourriture que vous ne connaissez pas. » Les disciples se disaient entre eux : « Quelqu’un lui aurait-il apporté à manger ? » Jésus leur dit : « Ma nourriture, c’est de faire la volonté de Celui qui m’a envoyé et d’accomplir son œuvre. Ne dites-vous pas : ‘Encore quatre mois et ce sera la moisson’ ? Et moi, je vous dis : Levez les yeux et regardez les champs déjà dorés pour la moisson. Dès maintenant, le moissonneur reçoit son salaire : il récolte du fruit pour la vie éternelle, si bien que le semeur se réjouit en même temps que le moissonneur. Il est bien vrai, le dicton : ‘L’un sème, l’autre moissonne.’ Je vous ai envoyés moissonner ce qui ne vous a coûté aucun effort ; d’autres ont fait l’effort, et vous en avez bénéficié. »

Beaucoup de Samaritains de cette ville crurent en Jésus, à cause de la parole de la femme qui rendait ce témoignage : « Il m’a dit tout ce que j’ai fait. » Lorsqu’ils arrivèrent auprès de lui, ils l’invitèrent à demeurer chez eux. Il y demeura deux jours. Ils furent encore beaucoup plus nombreux à croire à cause de sa parole à lui, et ils disaient à la femme : « Ce n’est plus à cause de ce que tu nous as dit que nous croyons : nous-mêmes, nous l’avons entendu, et nous savons que c’est vraiment lui le Sauveur du monde. »


MÉDITER AVEC LES CARMES

- "Je sais qu’un messie doit venir"

- "Je le suis, moi qui te parle".

Il suffit d’un seul mot du Christ, et la femme de Samarie passe de l’espérance à la réalité. De même, à tout moment d’une vie de foi, une seule parole de Jésus suffit à éclairer la route, la route d’aujourd’hui, la route d’hier, et celle qu’il reste encore à parcourir jusqu’à la cité définitive.

Quand la Samaritaine revenait sur sa propre vie, elle n’y voyait que dégoût, échec et lassitude, que misère et solitude ; mais il a suffi d’une rencontre seule à seul avec l’Envoyé de Dieu pour qu’elle retrouve le sens de sa vie et devienne une missionnaire enthousiaste.

L’essentiel est donc de savoir regarder une vie, notre vie, la vie. Mais cela, seul le Dieu vivant peut nous l’apprendre. Le prophète Ezéchiel en a fait l’expérience lors de sa vision du temple nouveau. En Israël tout semblait fini : le peuple était déporté en Babylonie, la gloire de Dieu avait quitté le temple, le pays était dévasté pour longtemps. Et voilà qu’un mystérieux personnage promène Ezéchiel autour du temple ruiné pour lui faire voir autre chose que la désolation, pour lui faire regarder autrement ce que Dieu a fait, ce que Dieu a permis.

"Fils d’homme, as-tu vu ?"

Que faut-il voir ?

À la place d’un temple désert et d’un pays ravagé, il faut voir un fleuve d’eau limpide.

À la place d’un châtiment, il faut voir un torrent de miséricorde, et c’est un torrent-surprise.

Au début, il paraît bien maigre : il faut marcher 500 mètres pour avoir de l’eau jusqu’aux chevilles ; mais encore 500 mètres, et le torrent arrive aux genoux ; encore 500 mètres, et il prend jusqu’aux reins, 500 mètres encore, et il ne reste plus qu’une seule ressource : il faut s’y jeter et nager de toutes ses forces, sans jamais pouvoir le franchir.

Tel est l’amour de Dieu, un amour qui submerge et qu’on ne peut traverser, qui veut tout parce qu’il donne tout. Il accueille même nos misères, pour les transformer en humilité, en espérance, car le torrent de Dieu peut changer en vie tout ce qui paraît stérile et en joie tout ce qui s’en va vers la mort.

Et cela aussi, et Ezéchiel l’a expérimenté dans sa vision du temple :

"Le messager m’emmena, puis me ramena aux bords du torrent" ...le temps de changer le décor, de mettre en place l’autre surprise :

"quand il m’eut ramené, voici qu’au bord du torrent il y avait des arbres très nombreux, des deux côtés, des arbres fruitiers de toutes espèces qui donneront chaque mois une nouvelle récolte ; et non seulement les fruits serviront de nourriture, mais leur feuillage servira de remède" (Dieu pense à tout, même à la tisane !)

Mieux encore, nouvelle surprise : Dieu fera fourmiller la vie jusque dans la Mer Morte, et il fera cesser le grand gâchis. Quel gâchis en effet que ce Jourdain et toutes ces eaux qui ruissellent pour rien vers le sud, pour s’évaporer dans cette mer de sel qui est morte parce qu’elle ne permet pas la vie !

Que faut-il de plus pour faire confiance à ce Dieu qui fait toutes choses si nouvelles ? La source d’eau vivante a jailli du côté transpercé de Jésus ; le fleuve de vie sort pour nous du trône de Dieu et de l’Agneau.

"As-tu vu, fils d’homme ? Acceptes-tu de voir ? As-tu compris le torrent de la bonté de Dieu, qui déferle en toi et monte pour tout noyer de tes misères ? L’Esprit de vie change en source tous ceux qui accueillent le message du Christ. Tends l’oreille, "frémis à sa parole !" (Is 66,2)

As-tu vu, femme de Samarie ? Femme au cœur partagé, reconnais-tu le don de Dieu ? As-tu vu, fille de Dieu, la gloire de Dieu sur la face du Christ ?

Entends jaillir, chaque matin, l’eau vive qu’il devient source en toi.

Fais silence, ouvre les mains. Ferme les yeux, et regarde.

1 réaction


22 mars 17:59, par Bauduin

Merci mille fois pour ce passage de la Bible qui me révèle à nouveau la puissance de l’Amour inconditionnel de Dieu.Cette source d’eau vive est en chacun de nous pour qui s’en laisse traverser .Puissent tous les êtres s’en désaltérer pour l’Eternite.Que ce passage difficile soit pour tous une formidable opportunité de nous rapprocher de notre source divine et unisse tous les êtres sur terre à vivre ensemble solidaires avec les plus faibles et en paix .🙏♥️

- Répondre à ce message


 

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

adresse Paroisse St Amand-Gond-Champniers
127 route de Vars
16160 Gond-Pontouvre
Tél. :05 45 69 10 78
paroisse.cgp chez orange.fr


Curé de la paroisse
P. Florian MARCHAND
228 rue de Bordeaux
16000 Angoulême
07 57 40 73 11
florian.marchand chez wanadoo.fr

Prêtre habitué
Père Jean-Claude Delage


Communautés locales :

Sainte-Eulalie de Champniers
Secrétariat : 05 45 69 93 07
Obsèques : 07 86 52 16 29
paroisse.cgp chez orange.fr

- Accueil au presbytère :
Lundi, mercredi, de 17h à 19h
Jeudi de 17h30 à 19h
Vendredi de 10h à 12h


Notre-Dame de la Paix de Gond-Pontouvre
127 route de Vars
16160 Gond-Pontouvre
Secrétariat : 05 45 69 10 78
Obsèques : 07 86 52 16 29
paroisse.cgp chez orange.fr

- Accueil au presbytère :
Lundi, mardi, vendredi de 10h à 12h
Jeudi de 17h à 18h30


Vars
Rue du Presbytère
16330 Vars
Secrétariat : 05 45 39 73 45
Obsèques : 05 45 21 49 83
presbytere.vars chez wanadoo.fr
- Accueil au presbytère :
Lundi de 10h à 12h
Vendredi de 10h à 17h30


Tous les contacts pour savoir qui fait quoi

Agenda


-