Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
https://angouleme.catholique.fr/Dimanche-16-decembre-2018

Dimanche 16 décembre 2018

3e dimanche de l’Avent

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • réagir
  • 0 vote





"Que celui qui a deux tuniques en donne à celui qui n’en a pas."


Lectures de la messe de ce jour  :
- Livre du prophète Sophonie chapitre 3 versets 14 à 18.
- Cantique d’Isaïe 12
- Lettre de Saint Paul apôtre aux Philippiens.chapitre 4 versets 4 à 7
- Évangile de Jésus-Christ selon Saint Luc chapitre 3 versets 10 à 15.

Première lecture : « Le Seigneur exultera pour toi et se réjouira » (So 3, 14-18a)
Lecture du livre du prophète Sophonie
Pousse des cris de joie, fille de Sion !
Éclate en ovations, Israël !
Réjouis-toi, de tout ton cœur bondis de joie,
fille de Jérusalem !
Le Seigneur a levé les sentences qui pesaient sur toi,
il a écarté tes ennemis.
Le roi d’Israël, le Seigneur, est en toi.
Tu n’as plus à craindre le malheur.
Ce jour-là, on dira à Jérusalem :
« Ne crains pas, Sion !
Ne laisse pas tes mains défaillir !
Le Seigneur ton Dieu est en toi,
c’est lui, le héros qui apporte le salut.
Il aura en toi sa joie et son allégresse,
il te renouvellera par son amour ;
il exultera pour toi et se réjouira,
comme aux jours de fête. »
Parole du Seigneur.

Cantique (Is 12, 2-3, 4bcde, 5-6)
Jubile, crie de joie,
car il est grand au milieu de toi, le Saint d’Israël.
Voici le Dieu qui me sauve :
j’ai confiance, je n’ai plus de crainte.
Ma force et mon chant, c’est le Seigneur ;
il est pour moi le salut.
Exultant de joie, vous puiserez les eaux
aux sources du salut.
« Rendez grâce au Seigneur,
proclamez son nom,
annoncez parmi les peuples ses hauts faits ! »
Redites-le : « Sublime est son nom ! »
Jouez pour le Seigneur, il montre sa magnificence,
et toute la terre le sait.
Jubilez, criez de joie, habitants de Sion,
car il est grand au milieu de toi, le Saint d’Israël !

Deuxième lecture : « Le Seigneur est proche » (Ph 4, 4-7)
Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Philippiens
Frères,
soyez toujours dans la joie du Seigneur ;
je le redis : soyez dans la joie.
Que votre bienveillance soit connue de tous les hommes.
Le Seigneur est proche.
Ne soyez inquiets de rien,
mais, en toute circonstance,
priez et suppliez, tout en rendant grâce,
pour faire connaître à Dieu vos demandes.
Et la paix de Dieu,
qui dépasse tout ce qu’on peut concevoir,
gardera vos cœurs et vos pensées dans le Christ Jésus.
Parole du Seigneur.

Texte de l’Évangile (Luc chapitre 3, versets 10 à 18) : Les foules lui demandaient : « Que devons-nous faire ? ». Jean leur répondait : « Celui qui a deux vêtements, qu’il partage avec celui qui n’en a pas ; et celui qui a de quoi manger, qu’il fasse de même ! ». Des publicains (collecteurs d’impôts) vinrent aussi se faire baptiser et lui dirent : « Maître, que devons-nous faire ? ». Il leur répondit : « N’exigez rien de plus que ce qui vous est fixé ». A leur tour, des soldats lui demandaient : « Et nous, que devons-nous faire ? ». Il leur répondit : « Ne faites ni violence ni tort à personne ; et contentez-vous de votre solde ».

Or, le peuple était en attente, et tous se demandaient en eux-mêmes si Jean n’était pas le Messie. Jean s’adressa alors à tous : « Moi, je vous baptise avec de l’eau ; mais il vient, celui qui est plus puissant que moi. Je ne suis pas digne de défaire la courroie de ses sandales. Lui vous baptisera dans l’Esprit Saint et dans le feu. Il tient à la main la pelle à vanner pour nettoyer son aire à battre le blé, et il amassera le grain dans son grenier ; quant à la paille, il la brûlera dans un feu qui ne s’éteint pas ». Par ces exhortations et bien d’autres encore, il annonçait au peuple la Bonne Nouvelle.
Commentaires
" Que celui qui a deux tuniques en donne à celui qui n’en a pas ; et que celui qui a des aliments fasse de même."
Cette parole n’est pas de Vous, ô Jésus, mais elle est d’un prophète que Vous avez dit être le plus grand et des prophètes et des enfants des hommes, et on peut, et on doit la considérer comme inspirée par Votre esprit et comme parole de Dieu… Que Vous êtes bon, mon Dieu, que Vous aimez tous les hommes, Vous qui résumez ici tous nos devoirs dans l’accomplissement de la charité envers le prochain !.. Que Vous aimez les hommes, Vous qui tenez à ce point à ce qu’on les aime et à ce qu’on leur fasse du bien !.. Que Vous les aimez, Vous qui n’exigez qu’une chose pour accorder le salut : que nous ayons fait le bien aux hommes en vue de Vous (Mt 25) ; Vous qui résumez si souvent toute la loi en la charité envers les hommes ; Vous qui ici même résumez tous nos devoirs dans l’aumône !.. Que Vous aimez les hommes, ô mon Dieu, Vous qui tenez tant à ce qu’on les aime et à ce qu’on leur fasse du bien !.. Comme Vous les traitez en vrais enfants et comme Vous Vous montrez tendre Père pour eux tous !
Faisons l’aumône, non seulement si nous sommes riches, non seulement si nous avons des réserves, mais dès que nous avons plus qu’il ne nous est rigoureusement nécessaire pour le moment présent, et que notre frère est plus pauvre que nous ; dès que nous avons deux vêtements, donnons-en un à celui qui n’en a pas ; dès que nous avons de la nourriture, si peu abondante, si pauvre qu’elle soit, partageons-la avec celui qui n’en a pas ; la règle de Saint Jean est nette et claire ; observons-la ; l’observer à la lettre, dans sa rigueur, ce n’est autre chose d’ailleurs que d’observer le précepte « Aime ton prochain comme toi-même »… et le principe « faire pour tous les hommes ce qu’un Père très tendre veut que ses enfants fassent les uns pour les autres. »
Cette doctrine est infiniment loin de celle du monde, aussi loin que le ciel l’est de la terre. C’est une marque de sa divinité, puisque « L’Occident n’est pas plus loin de l’Orient que mes pensées sont éloignées de vos pensées »… Même quand nous le comprenons, notre nature y répugne, comme je ne le sais que trop par mon humiliante expérience ; ce combat n’est pas étonnant, notre nature viciée par le péché est charnelle, inclinée vers la terre, elle combat contre cette doctrine qui est toute spirituelle et toute divine… Plus le combat est grand, plus le devoir est grave, plus il me faut Votre secours, ô Jésus qui êtes dans mon âme. Secourez-moi, ô mon Jésus, Vous qui êtes en moi ! Ô Mère du perpétuel secours, prêtez-moi, pour obéir à Votre Fils, Votre secours tout-puissant et faites-moi la grâce de le demander sans cesse.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

adresse Sainte-Eulalie de Champniers
Secrétariat : 05 45 69 93 07
Obsèques : 06 82 03 78 78
paroisse.cgp chez orange.fr

- Accueil au presbytère :
Lundi, mercredi, de 17h à 19h
Jeudi de 17h30 à 19h
Vendredi de 10h à 12h


adresse Notre-Dame de la Paix de Gond-Pontouvre
Secrétariat : 05 45 69 10 78
Obsèques : 07 86 52 16 29

127 route de Vars
16160 Gond-Pontouvre
paroisse.cgp chez orange.fr

- Accueil au presbytère :
Lundi, mardi, vendredi de 10h à 12h
Jeudi de 17h à 18h30
__________________________________

Curé de la paroisse
P. Florian MARCHAND
228 rue de Bordeaux
16000 Angoulême
07 57 40 73 11
florian.marchand chez wanadoo.fr


Tous les contacts pour savoir qui fait quoi


Agenda


-