Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
https://angouleme.catholique.fr/Dimanche-21-juillet-201910033

Dimanche 21 juillet 2019

16e du temps ordinaire

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • réagir
  • 0 vote





«  Marie a choisi la meilleure part »


L’ÉVANGILE DU JOUR

« Marie a choisi la meilleure part » (Évangile de Jésus-Christ selon Saint Luc chapitre 10, versets 38-42)

En ce temps-là, Jésus entra dans un village. Une femme nommée Marthe le reçut. Elle avait une sœur appelée Marie qui, s’étant assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa parole. Quant à Marthe, elle était accaparée par les multiples occupations du service. Elle intervint et dit : « Seigneur, cela ne te fait rien que ma sœur m’ait laissé faire seule le service ? Dis-lui donc de m’aider. » Le Seigneur lui répondit : « Marthe, Marthe, tu te donnes du souci et tu t’agites pour bien des choses. Une seule est nécessaire. Marie a choisi la meilleure part, elle ne lui sera pas enlevée. »

MÉDITER AVEC LES CARMES
Quand le travail se fait lourd dans une maison, on n’aime guère les paresseuses, et si nous nous étions trouvés à Béthanie lors de ce passage du Seigneur, il est probable que nous aurions réagi comme Marthe... et Jésus nous aurait donné tort ! Comment comprendre cette attitude du Maître ? Pourquoi s’en prend-il à celle qui travaille ?
À vrai dire, c’est Marthe qui a commencé à faire des reproches : "Seigneur, cela ne te fait rien ? Tu ne vois pas que ma sœur me laisse seule pour le service ? Dis-lui de m’aider !" Jésus, lui, ne reproche pas à Marthe son dévouement. C’est elle qui a pensé à l’inviter ; c’est elle qui est dans ses casseroles depuis le matin, et, en bonne cuisinière, elle y met tout son cœur, avec un brin d’amour propre. Le Seigneur voit et apprécie son dévouement, mais Il lui reproche trois choses.
La première est de s’inquiéter et de s’agiter. Ce n’est pas accueillir le Seigneur que de se mettre dans tous ses états pour une sauce ou un gâteau. Ce qui importe, ce n’est pas avant tout la qualité des plats, mais la qualité du cœur. À quoi bon régaler les estomacs, si durant toute la matinée on a énervé la maison ! À quoi bon les œuvres de nos mains ou de notre tête, si nous n’avons pas su y mettre de l’amour et de la paix ?
Deuxième reproche affectueux : "Marthe, tu es jalouse !" Tu ne connais qu’une manière de faire plaisir, et tu voudrais que ta sœur réagisse comme toi, avec toi, au même moment que toi. Tu voudrais annexer ta sœur à ton œuvre, à ton plan, à ta réussite, à ta vision des choses, et tu ne reconnais pas sa visée à elle, sa manière personnelle de m’approcher et de m’accueillir ; tu n’admets pas son style, et tu penses qu’elle se fourvoie parce qu’elle n’a pas choisi la même route que toi.
Et c’est là qu’intervient le troisième reproche : "Il y a quelque chose, Marthe, que tu n’as pas compris. Quand je viens vous voir, ce n’est pas pour goûter aux spécialités de Béthanie : c’est pour être écouté. J’ai à manger une nourriture que vous ne connaissez pas : faire la volonté de mon Père. Ma joie, c’est cela avant tout : être, avec vous deux, aux œuvres de mon Père. Marie, ta sœur, a pressenti mieux que toi ce que je suis venu faire, et je ne veux pas la décevoir. Ton gâteau, ce sera pour tout à l’heure, pour fêter la rencontre ; mais à quoi servira ton gâteau si nous n’avons pas pu nous rencontrer ?"
Quand nous relisons les paroles de Jésus, la tentation nous vient souvent d’établir des catégories, de coller une fois pour toutes des étiquettes : "Il y a des Marthe, et il y a des Marie. Il y a des chrétiens appelés à se dévouer, et d’autres que le Christ invite à une écoute silencieuse". Mais ce n’est pas cela que Jésus a voulu dire. En réalité, chacun de nous est à la fois Marthe et Marie ; chacun de nous est convié à l’intimité du Seigneur et envoyé par lui pour un service concret de son Église. Non pas Marthe dans la semaine et Marie le dimanche : c’est chaque jour que le Christ veut être écouté et servi, et ce qu’il nous demande, c’est d’accomplir chaque jour l’œuvre du Père avec les mains d’une Marthe et le cœur d’une Marie.
Cette unité profonde de la prière et du service dans une même vie donnée au Père, le Christ nous l’offre en s’invitant aujourd’hui encore parmi nous ; mais ce sera une œuvre de longue haleine, parce que, en chacun de nous, il y a deux sœurs à réconcilier.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Communautés locales :

adresse Sainte-Eulalie de Champniers
Secrétariat : 05 45 69 93 07
Obsèques : 06 82 03 78 78
paroisse.cgp chez orange.fr

- Accueil au presbytère :
Lundi, mercredi, de 17h à 19h
Jeudi de 17h30 à 19h
Vendredi de 10h à 12h


adresse Notre-Dame de la Paix de Gond-Pontouvre
Secrétariat : 05 45 69 10 78
Obsèques : 06 82 03 78 78

127 route de Vars
16160 Gond-Pontouvre
paroisse.cgp chez orange.fr

- Accueil au presbytère :
Lundi, mardi, vendredi de 10h à 12h
Jeudi de 17h à 18h30


adresse Vars
Secrétariat : 05 45 39 73 45
Obsèques : 05 45 21 49 83

Rue du Presbytère
16330 Vars
presbytere.vars chez wanadoo.fr

__________________________________

Curé de la paroisse
P. Florian MARCHAND
228 rue de Bordeaux
16000 Angoulême
07 57 40 73 11
florian.marchand chez wanadoo.fr


Prêtre habitué
Père Jean-Claude Delage


Tous les contacts pour savoir qui fait quoi


Agenda


-