Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
https://angouleme.catholique.fr/Dimanche-23-juin-2019

Dimanche 23 juin 2019

Solennité du Saint-Sacrement du Corps et du Sang du Christ

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • réagir
  • 0 vote




« Ils mangèrent et ils furent tous rassasiés »


L’ÉVANGILE DU JOUR

« Ils mangèrent et ils furent tous rassasiés  » ( Luc chapitre 9 versets 11b à17 )

En ce temps-là, Jésus parlait aux foules du règne de Dieu, et guérissait ceux qui en avaient besoin. Le jour commençait à baisser. Alors les Douze s’approchèrent de lui et lui dirent : « Renvoie cette foule : qu’ils aillent dans les villages et les campagnes des environs afin d’y loger et de trouver des vivres ; ici nous sommes dans un endroit désert. » Mais il leur dit : « Donnez-leur vous-mêmes à manger. » Ils répondirent : « Nous n’avons pas plus de cinq pains et deux poissons. À moins peut-être d’aller nous-mêmes acheter de la nourriture pour tout ce peuple. » Il y avait environ cinq mille hommes. Jésus dit à ses disciples : « Faites-les asseoir par groupes de cinquante environ. » Ils exécutèrent cette demande et firent asseoir tout le monde. Jésus prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux au ciel, il prononça la bénédiction sur eux, les rompit et les donna à ses disciples pour qu’ils les distribuent à la foule. Ils mangèrent et ils furent tous rassasiés ; puis on ramassa les morceaux qui leur restaient : cela faisait douze paniers.

MÉDITER AVEC LES CARMES

Jésus prit les pains, dit la bénédiction sur eux, les rompit et les donna aux disciples. Ce jour-là les gestes de Jésus s’incrustèrent dans la mémoire des disciples, parce que cinq mille hommes furent rassasiés à partir de cinq pains.
Longuement Jésus leur avait parlé du Royaume de Dieu, c’est-à-dire du règne de Dieu dans leur cœur et dans leur vie. Le jour commençait à baisser. Il était temps de renvoyer les gens pour qu’ils trouvent dans les villages logis et nourriture. Or, contre toute attente, Jésus les retient, leur demande de s’asseoir en ordre, et les nourrit lui-même, avec l’aide des Douze. C’était l’heure de la dispersion ; or les voilà rassemblés, en foule, pour le repas du Messie où, selon la promesse du Psaume, "les pauvres mangent et sont rassasiés" (Psaume 22,27).
À quelques mois de là, les Apôtres sont réunis autour de Jésus, à Jérusalem cette fois, pour un repas que Jésus leur présente, gravement, comme son repas d’adieu : "J’ai désiré ardemment manger cette Pâque avec vous avant de souffrir. Je vous le dis : jamais plus je ne la mangerai, jusqu’à ce qu’elle s’accomplisse dans le Royaume de Dieu".
Et voilà que, de nouveau, Jésus prend du pain, prononce l’action de grâces, rompt le pain et le donne aux disciples, en disant : "Ceci est mon corps, qui est donné pour vous. Faites cela en mémoire de moi". Et de même pour la coupe, après le repas, en disant : "Cette coupe est l’Alliance nouvelle en mon sang qui est répandu pour vous".
Les paroles de Jésus, sur le moment, ont beaucoup surpris les disciples. Une chose cependant était claire pour eux, c’est que les gestes et les paroles de Jésus ce soir-là faisaient partie de son testament, et qu’ils seraient pour toujours liés à son souvenir : "Il faudra que nous refassions cela en mémoire de lui ; il nous rassemblera de nouveau autour de lui, chaque fois que nous reprendrons, sur son ordre, ces gestes et ces paroles".
Quelques heures passent, et les disciples vont comprendre, à travers les événements tragiques de la passion, ce que Jésus voulait dire lorsqu’il parlait de son corps livré et de son sang répandu.
Pour beaucoup d’entre eux ce sera l’écroulement d’un grand rêve. Comme le répètent, au soir de Pâques, les deux disciples cheminant vers Emmaüs : "Nous espérions, nous, que c’était lui qui allait délivrer Israël". Un étranger les rattrape, qui leur parle du Messie, des souffrances et de la gloire, d’une manière si réconfortante qu’ils l’invitent spontanément : "Reste avec nous, car le soir tombe, et le jour déjà touche à sa fin".
L’étranger entre pour rester avec eux. Or, une fois à table avec eux, il prend le pain, dit la bénédiction, puis rompt le pain et le leur donne... Les gestes même de Jésus !
Ainsi, par trois fois, l’évangéliste Luc nous décrit Jésus rompant le pain vers la tombée du jour :
- une fois sur les collines du lac de Génésareth, pour rassasier une foule du pain quotidien ;
- une fois lors de la dernière Cène, pour se donner lui-même en nourriture, pour partager aux siens son corps livré et son sang versé ;
- une fois, enfin, au premier jour où il apparaît vivant, ressuscité, comme pour dire à sa communauté : "Le moment est venu : faites ceci en mémoire de moi !". À ce moment, nous dit saint Luc, "leurs yeux s’ouvrirent et ils le reconnurent". Ils reconnurent vivant celui qui était passé par la mort.
Pour nous également, la fraction du pain, l’Eucharistie que nous vivons chaque dimanche ou chaque jour en Église n’est pas seulement le mémorial de la mort du Seigneur, mais aussi le mémorial de sa Résurrection, le moment où ensemble nous rencontrons Jésus vivant, vivant de la vie de Dieu, un moment privilégié où le Ressuscité nous fait passer avec lui à la vie de Dieu. Comme sur la route d’Emmaüs, il ouvre notre intelligence à sa parole ; puis vient la fraction du pain, où il nous donne de le reconnaître.
C’est bien ce mystère du Christ-avec-nous que nous chantons, que nous fêtons aujourd’hui avec toute l’Église. Ne nous étonnons pas de ne pas vibrer sur commande ou à volonté à ce mystère qui nous dépasse tellement. L’Eucharistie est avant tout un acte à vivre, même sans émotion particulière ; c’est l’acte que pose l’Église sur l’ordre de Jésus, l’acte que pose Jésus à travers son Église.
Il y a bien quelque chose pour les yeux, il y a quelque chose à entendre, il y a bien des gestes et des paroles, mais ce sont les paroles de Jésus, et lui seul leur donne sens et puissance :
"Ceci est mon corps ; ceci est la coupe de mon sang".

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Communautés locales :

adresse Sainte-Eulalie de Champniers
Secrétariat : 05 45 69 93 07
Obsèques : 06 82 03 78 78
paroisse.cgp chez orange.fr

- Accueil au presbytère :
Lundi, mercredi, de 17h à 19h
Jeudi de 17h30 à 19h
Vendredi de 10h à 12h


adresse Notre-Dame de la Paix de Gond-Pontouvre
Secrétariat : 05 45 69 10 78
Obsèques : 06 82 03 78 78

127 route de Vars
16160 Gond-Pontouvre
paroisse.cgp chez orange.fr

- Accueil au presbytère :
Lundi, mardi, vendredi de 10h à 12h
Jeudi de 17h à 18h30


adresse Vars
Secrétariat : 05 45 39 73 45
Obsèques : 05 45 21 49 83

Rue du Presbytère
16330 Vars
presbytere.vars chez wanadoo.fr

__________________________________

Curé de la paroisse
P. Florian MARCHAND
228 rue de Bordeaux
16000 Angoulême
07 57 40 73 11
florian.marchand chez wanadoo.fr


Prêtre habitué
Père Jean-Claude Delage


Tous les contacts pour savoir qui fait quoi


Agenda


-