Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
https://angouleme.catholique.fr/Dimanche-7-juillet-2019-14eme-dimanche-du-TO-C

Dimanche 7 juillet 2019 : 14ème dimanche du TO C

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • réagir
  • 0 vote

Nous sommes envoyés pour récolter.

Savons-nous nous réjouir de cette magnifique récolte à laquelle nous sommes embauchés ?


« Réjouissez-vous avec Jérusalem ! » « Acclamez Dieu toute la terre ! » « Réjouissez-vous parce que vos noms sont inscrits dans les cieux ! » La joie traverse la Parole que Dieu nous adresse ce matin. Cris de joie, exultation, exaltation. Peut-être n’est-ce pas la joie dans notre cœur. Peut-être avons-nous autour de nous bien des exemples de tristesse, de durs combats, de luttes à mener, d’injustices flagrante. Et pourtant, il nous faut entendre ce cris de joie, cet appel à l’allégresse.
A la fin de l’année scolaire, nous prenons le temps de relire ce que nous avons vécu tout au long de l’année et de préparer l’avenir. Nous faisons des « bilans » : avec l’équipe caté, avec le animateurs d’aumônerie, avec l’équipe baptême, avec les EAP, avec les scouts, avec chacun des groupes et équipes un peu partout. Comme un retour de mission des disciples. Dans l’évangile, ils reviennent « tout joyeux ». Ce n’est peut-être pas le cas pour nous, peut-être voyons nous les erreurs, les manquements, les limites de notre action… mais le cris de joie de Dieu est là : « Réjouissez-vous ! »
Oui, réjouissons nous. Réjouissons-nous parce que notre regard sur ce que nous avons vécu et sur notre monde ne doit pas en rester à ne voir que les choses négatives. Mais il doit être un regard de confiance, de paix et d’espérance. Non pas à cause de ce que nous aurions fait ou pas fait. « Ne vous réjouissez pas parce que les esprits vous sont soumis ; mais réjouissez vous parce que vos noms se trouvent inscrits dans les cieux. » Parce que vous avons, nous avons collaboré, même imparfaitement, à l’œuvre de Dieu et parce que Dieu était là, avec nous, chaque jour de notre année.
Et si nous voyons d’abord les croix sur le chemin, Saint Paul nous rappelle que la croix est l’événement central de l’histoire et de notre histoire, pour entrer sur ce chemin d’espérance et dans cette joie. « La croix de notre Seigneur Jésus Christ reste ma seule fierté… ce qui compte, c’est d’être une création nouvelle. »
Une création nouvelle. Voilà ce que nous sommes, et encore appelés à être, en entrant dans la joie de Dieu. Voilà qui nous ramène au livre du prophète Isaïe. Avec cette première lecture nous sommes tout à la fin du livre du prophète, dans ce qu’on appelle le livre de la consolation d’Israël. Le prophète nous projette par avance à la fin des temps et nous donne de contempler une création renouvelée : Dieu va tout refaire à neuf. "Exultez, réjouissez-vous... vous serez nourris et rassasiés... vos membres comme l’herbe nouvelle, seront rajeunis." Le livre d’Isaïe se termine sur ces promesses incroyables : plus de deuil, plus de larmes, plus de vieillesse, plus de faim, plus de soif. Le rêve. Le rêve de tout homme, le rêve de notre Humanité. Et, dans la foi, nous savons qu’il ne s’agit pas seulement de rêve, mais de promesse. Dieu tient toujours sa promesse. Dieu seul peut accomplir cette œuvre de rénovation du monde.
Et nous, d’y travailler avec lui. Avec nos mains nues, sans moyen, « comme des agneaux au milieu des loups »… comme si nous allions aux champs pour la moisson.
Pour la moisson ! Pas pour la semence, pas pour préparer la terre, pas pour labourer, pas pour traiter ou soigner les plantations, pas pour arroser : pour moissonner ! Autrement dit, il travail est fait ! C’est l’heure de la récolte ! Question de regard peut-être. De verre à moitié plein ou à moitié vide. Mais l’évangile est clair : c’est l’heure de la récolte et nous sommes envoyés pour récolter. Ce qui implique, d’abord, de savoir reconnaître la qualité des fruits qui ont été donnés. Savons-nous regarder notre monde, notre société, nos voisins, nos quartiers, nos communautés chrétiennes, notre Eglise, comme autant de lieux où le Seigneur a travaillé et a donné de beaux fruits à récolter ? Savons-nous nous réjouir de cette magnifique récolte à laquelle nous sommes embauchés ? Une récolte à vivre dans la paix, dans la rencontre, dans la gratuité, dans le temps de l’échange, dans l’ordinaire partagé : « Ne passez pas de maison en maison ». Prenez le temps. On ne récolte pas les fruits de Dieu avec des méthodes industrielles.
Et quand la récolte est faite, « revenons, tout joyeux », comme les disciples de l’évangile. Revenons avec cette récolte, avec ce blé mûri au soleil de Dieu et au souffle de l’Esprit. Et de ce blé, nous en faisons du pain, « fruit de la terre et du travail des hommes », fruit donné et que nous avons moissonné. De ce blé, nous en faisons du pain, qui deviendra le pain de la Vie, pain de l’eucharistie, pain de l’action de grâce, pain de la joie partagée avec Dieu et en Dieu !
Que cette eucharistie, que notre communion au pain de la Vie et à la coupe du Salut, sang de la croix et pain du banquet, soit pour nous source d’une vraie allégresse ! Et dans l’action de grâce, avec le psalmiste, de chanter « tout la terre se prosterne devant toi, elle chante pour toi, elle chante pour ton nom. Venez et voyez les hauts faits de Dieu en faveur des hommes » !
Et que notre joie soit parfaite.
Amen.

P. Benoît Lecomte

Livre d’Isaïe 66,10-14abc.

Réjouissez-vous avec Jérusalem ! Exultez en elle, vous tous qui l’aimez ! Avec elle, soyez pleins d’allégresse, vous tous qui la pleuriez !
Alors, vous serez nourris de son lait, rassasiés de ses consolations ; alors, vous goûterez avec délices à l’abondance de sa gloire. Car le Seigneur le déclare : « Voici que je dirige vers elle la paix comme un fleuve et, comme un torrent qui déborde, la gloire des nations. » Vous serez nourris, portés sur la hanche ; vous serez choyés sur ses genoux. Comme un enfant que sa mère console, ainsi, je vous consolerai. Oui, dans Jérusalem, vous serez consolés. Vous verrez, votre cœur sera dans l’allégresse ; et vos os revivront comme l’herbe reverdit. Le Seigneur fera connaître sa puissance à ses serviteurs.

Psaume 66(65),1-3a.4-5.6-7a.16.20.

Acclamez Dieu, toute la terre ;
fêtez la gloire de son nom,
glorifiez-le en célébrant sa louange.
Dites à Dieu : « Que tes actions sont redoutables ! »

Toute la terre se prosterne devant toi,
elle chante pour toi, elle chante pour ton nom.
Venez et voyez les hauts faits de Dieu,
ses exploits redoutables pour les fils des hommes.

Il changea la mer en terre ferme :
ils passèrent le fleuve à pied sec.
De là, cette joie qu’il nous donne.
Il règne à jamais par sa puissance.

Venez, écoutez, vous tous qui craignez Dieu :
je vous dirai ce qu’il a fait pour mon âme ;
Béni soit Dieu qui n’a pas écarté ma prière,
ni détourné de moi son amour !

Lettre de saint Paul Apôtre aux Galates 6,14-18.

Frères, pour moi, que la croix de notre Seigneur Jésus Christ reste ma seule fierté. Par elle, le monde est crucifié pour moi, et moi pour le monde. Ce qui compte, ce n’est pas d’être circoncis ou incirconcis, c’est d’être une création nouvelle. Pour tous ceux qui marchent selon cette règle de vie et pour l’Israël de Dieu, paix et miséricorde. Dès lors, que personne ne vienne me tourmenter, car je porte dans mon corps les marques des souffrances de Jésus. Frères, que la grâce de notre Seigneur Jésus Christ soit avec votre esprit. Amen.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 10,1-12.17-20.

En ce temps-là, parmi les disciples, le Seigneur en désigna encore soixante-douze, et il les envoya deux par deux, en avant de lui, en toute ville et localité où lui-même allait se rendre. Il leur dit : « La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson. Allez ! Voici que je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups. Ne portez ni bourse, ni sac, ni sandales, et ne saluez personne en chemin. Mais dans toute maison où vous entrerez, dites d’abord : ‘Paix à cette maison.’ S’il y a là un ami de la paix, votre paix ira reposer sur lui ; sinon, elle reviendra sur vous. Restez dans cette maison, mangeant et buvant ce que l’on vous sert ; car l’ouvrier mérite son salaire. Ne passez pas de maison en maison. Dans toute ville où vous entrerez et où vous serez accueillis, mangez ce qui vous est présenté. Guérissez les malades qui s’y trouvent et dites-leur : “Le règne de Dieu s’est approché de vous.” »
Mais dans toute ville où vous entrerez et où vous ne serez pas accueillis, allez sur les places et dites : “Même la poussière de votre ville, collée à nos pieds, nous l’enlevons pour vous la laisser. Toutefois, sachez-le : le règne de Dieu s’est approché.” Je vous le déclare : au dernier jour, Sodome sera mieux traitée que cette ville. »
Les soixante-douze disciples revinrent tout joyeux, en disant : « Seigneur, même les démons nous sont soumis en ton nom. » Jésus leur dit : « Je regardais Satan tomber du ciel comme l’éclair. Voici que je vous ai donné le pouvoir d’écraser serpents et scorpions, et sur toute la puissance de l’Ennemi : absolument rien ne pourra vous nuire. Toutefois, ne vous réjouissez pas parce que les esprits vous sont soumis ; mais réjouissez-vous parce que vos noms se trouvent inscrits dans les cieux. »

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Contact

adresse Paroisse Ma Campagne - Puymoyen
2, bld Jean Moulin
16000 Angoulême
+335 45 61 15 04
paroissemacampagne chez orange.fr
Accueil à la paroisse les mardis et vendredis de 16h30 à 18h30

Contact

adresse Paroisse Saint Jean-Baptiste
28 rue Pierre Aumaître
16000 Angoulême
+336 09 78 55 52
Paroisse Saint Jean-Baptiste
Accueil à la paroisse les mardis de 10h à 12h



-