Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
https://angouleme.catholique.fr/Dimanche1-decembre-2019-1er-dimanche-de-l-Avent-A
          Dimanche 1 décembre 2019 : 1er dimanche de l’Avent A

Dimanche 1 décembre 2019 : 1er dimanche de l’Avent A

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • réagir
  • 0 vote



« Dieu est avec toi ! » Voilà ce qui vient.

Voilà la nouvelle que nous allons avoir à accueillir dans ce qu’elle a d’incompréhensible et de nouveauté.


Météo France ne cesse, à longueur de semaines, d’un département à l’autre ou d’un continent à l’autre, d’appeler à la vigilance : ici orange pour le meilleur des cas, ailleurs rouge, quand la menace se fait plus importante. Pour éviter que ne se reproduise ce qui s’est passé au temps de Noé, dirait l’évangile : « on mangeait, on buvait, on prenait femme et on prenait marie ; les gens ne se sont douté de rien, jusqu’à ce que surviennent le déluge qui les a tous engloutis. » D’ailleurs, malgré ces appels à la vigilance, on regrette souvent des morts ou des disparus. Et la parole de Jésus d’être en ce week-end comme ces appels de Météo France, ou comme ces alertes lancées par les scientifiques du monde sur le réchauffement climatique ou les dérèglements de toutes sortes. « Tenez-vous prêts, vous aussi. »
Tenez-vous prêts, car ce qui va venir dépasse tout ce que vous imaginez. Ce qui va venir est au-delà de vos pensées, de vos catégories, de votre espérance même, peut-être ! Ce qui va venir, au milieu des tempêtes de ce monde et des tempêtes de nos vies, au milieu des noirceurs et des orages, au milieu des grisailles et des blessures, ce qui va venir au milieu aussi des beautés de ce monde, des solidarités et des bienveillances, ce qui va venir et qui dépasse tout cela et tout le reste, tient en quelques mots tout en les transcendant : « Dieu est avec toi ! » Voilà ce qui vient. Voilà la nouvelle que nous allons avoir à accueillir dans ce qu’elle a d’incompréhensible et de nouveauté. Voilà la nouvelle qui nous est annoncée et que nous pouvons aussi annoncer à ceux qui nous entourent, à ceux qui en ont besoin, à ceux qui se croient seuls, à ceux qui veulent vivre leur vie à fond. « Dieu avec toi ! »
Les jours sont courts, les nuits sont longues, l’obscurité arrive bien vite en fin d’après-midi. Le temps est bien souvent gris et pluvieux comme ce week-end, et l’on préfère peut-être cocooner chez soi plutôt que de sortir et bâtir un monde nouveau. Mais cette nouvelle, « Dieu avec toi », nous fait « sortir de notre sommeil », dit Saint Paul. « La nuit est bientôt finie, le jour est tout proche. Rejetons les œuvres des ténèbres, revêtons-nous des armes de la lumière. » C’est là notre réponse à cet appel de l’Évangile à la vigilance : vivre dans la lumière, vivre debout, vivre le nez en l’air et non pas en regardant ses pieds ou en somnolant et en laissant faire les événements. Vivre en femmes et en hommes libres et responsables, pour être dans ce monde des fermants d’espérance, de bonheur et de joie. Et des témoins de ce « Dieu avec toi. »
Car il nous faut tenir pour sûr ce qui est répété par trois fois dans ce court passage de l’Evangile : « telle sera la venue du Fils de l’homme », « votre Seigneur vient », « le Fils de l’homme viendra. » Dieu vient. Quand ? Au bout du chemin de l’Avent, quand nous fêterons Noël ? Peut-être. Et peut-être pas. « Quand vous n’y penserez pas. » Je me rappelle de cet étudiant – Rony, je crois -, quand j’étais moi-même en études. Il disait se préparer chaque matin à rencontrer Dieu dans la journée. Ne sachant pas quand il rencontrerait le Seigneur, il se disait chaque matin que ça pourrait être aujourd’hui ! Alors il se préparait, dans sa salle de bain et dans son cœur, à le recevoir. Pour ne pas le louper. Parce qu’il ne le reconnaîtrait peut-être pas. Pour être prêt à la Rencontre. Non pas celle du jour de la mort, mais celle du jour d’aujourd’hui, du jour de cette vie, de celle de ce quotidien dans lequel Il nous rejoint sans que nous y prêtions toujours attention. Rony était un veilleur, et son cœur était en état de veille permanente. Sa vie en était transformée, son visage était de lumière. Il avait revêtu « les armes de la lumière », comme nous les avons revêtues au jour de notre baptême et comme il nous faut chaque matin les revêtir à nouveau.
Alors nul doute que nous deviendrons « missionnaires ». C’est-à-dire que notre style de vie attirera « toutes les nations et les peuples nombreux » non pas à nous, mais à celui que nous attendons. On dira de partout « qu’il nous enseigne ses chemins, et nous irons par ses sentiers » ! Notre veille et notre attente ne sont pas pour nous, comme un cadeau à garder jalousement. Elles sont un cadeau à offrir largement à toute l’humanité, pour que les épées soient transformées en socs et les lances en faucilles. Notre veille et notre attente ne sont pas pour nous, mais pour tout homme qui cherche la lumière et la paix – et ne sont-ils pas nombreux, dans nos entourages, dans notre pays et dans le monde, à chercher la lumière et la paix ?
Météo France a bien raison de lancer ses appels à la vigilance. L’Evangile, encore davantage, car l’enjeu est autrement plus grand : non pas se protéger d’un orage ou d’un coup de vent violent, mais accueillir la tendresse, la douceur et la proximité de Dieu dans nos vies.
Et de découvrir, au milieu de notre quotidien, alors même qu’on ne s’y attend pas, « Dieu avec toi. »
Amen.

P. Benoît Lecomte

Livre d’Isaïe 2,1-5.

Parole d’Isaïe – ce qu’il a vu au sujet de Juda et de Jérusalem.
Il arrivera dans les derniers jours que la montagne de la Maison du Seigneur se tiendra plus haut que les monts, s’élèvera au-dessus des collines. Vers elle afflueront toutes les nations et viendront des peuples nombreux. Ils diront : « Venez ! montons à la montagne du Seigneur, à la Maison du Dieu de Jacob ! Qu’il nous enseigne ses chemins, et nous irons par ses sentiers. » Oui, la loi sortira de Sion, et de Jérusalem, la parole du Seigneur.
Il sera juge entre les nations et l’arbitre de peuples nombreux. De leurs épées, ils forgeront des socs, et de leurs lances, des faucilles. Jamais nation contre nation ne lèvera l’épée ; ils n’apprendront plus la guerre. Venez, maison de Jacob ! Marchons à la lumière du Seigneur.

Psaume 122(121),1-2.3-4ab.4cd-5.6-7.8-9.

Quelle joie quand on m’a dit :
« Nous irons à la maison du Seigneur ! »
Maintenant notre marche prend fin
devant tes portes, Jérusalem !

Jérusalem, te voici dans tes murs :
ville où tout ensemble ne fait qu’un !
C’est là que montent les tribus,
les tribus du Seigneur.

C’est là qu’Israël doit rendre grâce
au nom du Seigneur.
C’est là le siège du droit,
le siège de la maison de David.

Appelez le bonheur sur Jérusalem :
« Paix à ceux qui t’aiment !
Que la paix règne dans tes murs,
le bonheur dans tes palais ! »

À cause de mes frères et de mes proches,
je dirai : « Paix sur toi ! »
À cause de la maison du Seigneur notre Dieu,
je désire ton bien.

Lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 13,11-14a.

Frères, vous le savez : c’est le moment, l’heure est déjà venue de sortir de votre sommeil. Car le salut est plus près de nous maintenant qu’à l’époque où nous sommes devenus croyants. La nuit est bientôt finie, le jour est tout proche. Rejetons les œuvres des ténèbres, revêtons-nous des armes de la lumière. Conduisons-nous honnêtement, comme on le fait en plein jour, sans orgies ni beuveries, sans luxure ni débauches, sans rivalité ni jalousie, mais revêtez-vous du Seigneur Jésus Christ.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 24,37-44.

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Comme il en fut aux jours de Noé, ainsi en sera-t-il lors de la venue du Fils de l’homme. En ces jours-là, avant le déluge, on mangeait et on buvait, on prenait femme et on prenait mari, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche ; les gens ne se sont doutés de rien, jusqu’à ce que survienne le déluge qui les a tous engloutis : telle sera aussi la venue du Fils de l’homme. Alors deux hommes seront aux champs : l’un sera pris, l’autre laissé. Deux femmes seront au moulin en train de moudre : l’une sera prise, l’autre laissée. Veillez donc, car vous ne savez pas quel jour votre Seigneur vient. Comprenez-le bien : si le maître de maison avait su à quelle heure de la nuit le voleur viendrait, il aurait veillé et n’aurait pas laissé percer le mur de sa maison. Tenez-vous donc prêts, vous aussi : c’est à l’heure où vous n’y penserez pas que le Fils de l’homme viendra.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Contact

adresse Paroisse Ma Campagne - Puymoyen
2, bld Jean Moulin
16000 Angoulême
+335 45 61 15 04
paroisse.macampagne chez dio16.fr
Accueil à la paroisse les mardis et vendredis de 16h30 à 18h30

Contact

adresse Paroisse Saint Jean-Baptiste
28 rue Pierre Aumaître
16000 Angoulême
+336 09 78 55 52
paroisse.saintjeanbaptiste chez dio16.fr
Accueil à la paroisse les mardis de 10h à 12h



-