Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
https://angouleme.catholique.fr/Etre-riche-en-vue-de-Dieu

« Être riche en vue de Dieu »

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • réagir
  • 0 vote

DIMANCHE 4 AOÛT 2019
18° dimanche du temps ordinaire année C
Saint Luc 12, 13-21


« Vanité des vanités, tout est vanité ! »

En écrivant « vanité des vanités »....il me revient à la mémoire un souvenir d’enfance. Du haut de la chaire de prédication, le supérieur du petit séminaire où j’étais, proclamait avec forte conviction « vanités des vanités, tout est vanité...que sert à l’homme de gagner l’univers s’il vient à perdre son âme ! » Cette phrase m’a vraiment marqué car je m’en souviens encore ! Plus, elle a marqué sans doute l’histoire de ma vocation, de mon cheminement. Elle m’a rappelé souvent que la plus grande des vanités à convoiter était celle de l’humilité, accompagnée de la joie d’accomplir de son mieux son devoir d’état et de vivre avec Dieu une relation filiale de reconnaissance et de confiance, et avec les autres une relation de partage fraternel et de service.

C’était hier... c’est encore aujourd’hui :


« Quand le cœur aime Dieu et le prochain, quand telle est son intention véritable et non pas de vaines paroles, alors ce cœur est pur et il peut voir Dieu
. Saint Paul dans son hymne à la charité, rappelle que « nous voyons, à présent, dans un miroir en énigme » (1 Cor 13,12), mais dans la mesure où règne l’amour vrai, nous serons capables de voir « face à face ». Jésus promet que ceux qui ont un cœur pur « verront Dieu. » (Pape François " Gaudété et Exsuktaté ! 86")

L’actualité de cet évangile

A partir de la demande « Maître, dis à mon frère de partager avec moi notre héritage », nous découvrons que Jésus refuse d’entre dans une telle démarche. Il n’est pas le notaire des affaires d’héritage familial. Sa mission est bien au-delà : montrer le chemin du salut ; regarder vers le haut, vers le Ciel. Il l’exprime en ces termes : « gardez-vous bien de toute âpreté au gain, car la vie d’un homme fut-il dans l’abondance, ne dépend pas de ses richesses. »
Ce faisant, Jésus sait très bien qu’il faut avoir de quoi manger, de quoi avoir pour faire face aux obligations de la vie quotidienne : les salaires, les emprunts, les amortissements, les dépenses de santé, de nourriture, d’éducation, de loisirs ! Etc...

Ce que Jésus nous rappelle c’est qu’il nous est difficile de nous tenir éloignés de toute cupidité. Il est tellement naturel de chercher à toujours posséder, à obtenir toujours plus, tellement nous avons peur de manquer !!! On peut même dire, sans jugement, que nous trouvons un certain bonheur dans nos biens matériels et nous cherchons à accumuler toujours plus de richesses... Toutes ces attitudes sont humaines. Jésus les comprends. Son message est une mise en garde, non une condamnation  : « la vie d’un homme, fut-il dans l’abondance, ne dépend pas de ses richesses.. » La richesse ne préserve pas de la mort !!!

Nous sommes confrontés sans cesse à la question de savoir ce que nous faisons de nos biens : en marche vers le partage, la solidarité, ou conservateurs cupides, égoïstes ? La question mérite d’être posée. Pour autant reconnaissons que de nombreux gestes de solidarités existent au sein de nos communautés, et pour cela rendons grâce à Dieu !

Pour nourrir notre vie...

Si nous devons, selon saint Paul (2° lecture) « recherchez les réalités d’en haut », nous ne devons pas nous perdre dans la recherche des biens matériels.

Jésus nous invite à grandir dans l’amour, en nous révélant Dieu et sa volonté, et c’est là que se trouve la vraie joie.
Que chacun de nous soit dans la joie de voir, que, par la force de l’Esprit Saint, il se fait proche de bien des personnes, enfants, malades, personnes seules : c’est là que se vit le partage de nos biens, matériels peut-être, mais aussi amicaux, fraternels, dans une disponibilité à servir en apportant le meilleur de nous-mêmes , l’écoute, la présence, le soutien, l’entraide. Alors nous sommes riches en vue de Dieu, en donnant, en partageant, en sachant vers quoi et vers QUI coule toute notre vie, voilà la seule chose qui compte.

Passeurs et artisans du partage nous pouvons poursuivre notre méditation en chantant :

« Si nous partageons comme le pain notre vie,
si l’on peut dire en nous voyant : « c’est Dieu vivant » !

Si nous libérons la liberté par nos cris ;
si l’on peut voir briller en nous le Jour de Dieu !

Si nous découvrons l’amour plus fort que la mort ;
si l’on peut dire en nous voyant la Vie est là ! »

Si nous partageons dans nos chansons notre joie, ;
si l’on peut dire en nous voyant : « c’est Dieu vivant » ! »

alors nous pouvons chanter :
« Seigneur Jésus, tu es vivant,
en Toi la vie éternelle ! »

et pour continuer, traduisons le « si » de chaque phrase, par quand, lorsque nous partageons, nous libérons, découvrons... » ce chant nous engage à une conversion de nos habitudes, afin d’entrer dans une communion avec Dieu, avec les autres....

Bon chemin vers le 15 août !

Fraternelle communion, Frère Henri Revéreau, missionnaire de Sainte Thérèse

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

adresse Paroisse Segonzac
1 rue Jean d’Hermy
16130 Segonzac
+335 45 83 40 07
paroisse.segonzac chez orange.fr


Dans l'Eglise

Nouvelles du Vatican

Ecouter Radio RCF Charente

KTO

Eglise catholique en France

Agenda


Relais de la Paroisse


Equipe du deuil

Equipe EAP

Doyenné Ouest-Charente et ses 3 secteurs


-