Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
https://angouleme.catholique.fr/Heureux-ceux-qui-croient-sans-avoir-vu
            "Heureux ceux qui croient sans avoir vu"

"Heureux ceux qui croient sans avoir vu"

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • réagir
  • 0 vote

DIMANCHE 19 AVRIL 2020 année A
ou dimanche de la divine Miséricorde

Saint Jean 20, 19-31


« HEUREUX CEUX QUI CROIENT SANS AVOIR VU »

C’est dans un contexte tout à fait particulier que nous entendons cet évangile. Le confinement que nous vivons ébranle nos certitudes et nous ramène à l’essentiel. Certes il s’ajoute à la solitude de trop de personnes. Mais il nous appelle à une solidarité qui dépasse les frontières.

La béatitude de la foi...

A l’écoute de cet évangile, nous entendons deux fois le Seigneur nous dire « la paix soit avec vous. » Après cette salutation de Jésus et ce souhait de la paix, Jésus accueille la recherche de Thomas qui veut voir, comme nous le voulons. « Heureux celui qui croit sans avoir vu . » Il est bien de chez nous ce Thomas qui veut voir. Nous sommes bien ces « Thomas » . Nous voudrions bien voir de nos yeux Jésus ressuscité.
Jésus se donne à voir par les yeux illuminés de notre foi. Sa Parole, les sacrements, l’Église, les témoins sont autant de chemins que nous pouvons suivre afin de voir Jésus présent, Jésus vivant au milieu de nous. Ne nous a-t-il pas dit « lorsque deux ou trois sont réunis en mon Nom, je suis au milieu d’eux ! »
La paix, ce bien si précieux que notre monde attend pour faire taire le bruit des armes, des injustices, des oppressions, des atteintes à la liberté ! La paix dans nos familles ébranlées par le confinement...la paix sociale.

Ce dimanche est celui de la Divine Miséricorde

Instituée en 1985, à Cracovie, en Pologne par le Cardinal Maccharski, puis en 1995 par le saint pape Jean Paul II, le jour de la canonisation de Sœur Faustine à Rome ce dimanche célèbre le Seigneur dans sa miséricorde. Sœur Faustine, sainte de la Miséricorde, suite à la découverte d’un tableau qu’elle voit au couvent de Plock en février 1931, entend Jésus lui dire lors de sa première apparition « je désire qu’il y ait une fête de la Miséricorde. Je veux que cette image que tu peindras avec un pinceau soit solennellement bénie le premier dimanche après Pâques et ce dimanche doit être la fête de la Miséricorde. »
La Miséricorde c’est le chemin qui unit Dieu et l’Homme, pour qu’il ouvre son cœur à l’espérance d’être aimé pour toujours : L’amour miséricordieux et sauveur de Dieu, en Jésus dans la misère de l’ Homme .
Il est alors demandé à chacun d’accueillir et de vivre le message de Jésus. Bienheureux les miséricordieux et, soyez miséricordieux comme votre Père céleste est miséricordieux. Dans une apparition de Jésus à sœur Faustine Jésus dit « la fête de la Miséricorde est issue de mes entrailles » ( le 22/02/1931)
Depuis, les chrétiens ont à cœur de prier Jésus miséricordieux et la dévotion à sainte sœur Faustine se développe et aide chaque chrétien à vivre en artisan de Miséricorde.
En ces jours difficiles de confinement, nous pourrions être tentés de nous replier sur nous-mêmes. Le chacun pour soi, le sauve qui peut n’est pourtant pas une réponse évangélique capable de nourrir nos relations avec les autres, avec Dieu lui-même.

Vivre la Miséricorde aujourd’hui

Dans un petit ouvrage passé inaperçu par la majorité des chrétiens, le Conseil de Présidence du Grand Jubilé de l’an 2000, nous rappelle, sous la plume de Mgr Doré que l’évangile nous offre un message unique sur la Miséricorde dans la parabole du fils prodigue, en Saint Luc 15, 11-32. Voilà une page inoubliable sur la bonté et la miséricorde de Dieu évoquée à travers la compassion et la tendresse d’un père terrestre. Il s’agit là d’une pièce en deux actes . « Le premier décrit la misère de l’Homme, "la nôtre" lorsque nous abandonnons Dieu pour aller vivre selon nos caprices. Le second acte décrit la miséricorde gratuite et sans limite de Dieu qui pardonne au premier fils et comprend le second : misère et miséricorde , non pas la faute, la nôtre et le châtiment, mais la faute et la miséricorde. »
« Cette parabole, vieille de 2000 ans, touche le cœur de chaque Homme en lui redonnant les battements de tendresse, le faisant passer de l’égoïsme au don, de la fermeture sur soi au partage... Aux dires du poète Charles Péguy, cette parabole « est restée plantée dans le cœur de l’impie comme un clou de tendresse. »
Certes, nous pouvons résister à la beauté, mais nous nous rendons à la tendresse, à l’accueil qui pardonne et qui déploie la générosité, à cette merveilleuse floraison de l’amour gratuit.
Que le Seigneur nous donne cette force en la contemplation de l’évangile de ce dimanche où Thomas, dans son incrédulité ne résiste pas à la vue des plaies des mains de Jésus qui lui arrache ce cri d’amour éternel « mon Seigneur et mon Dieu. »

Oui, je demande à Dieu, pour moi-même et pour les autres que ce dimanche de la divine Miséricorde nous donne d’apercevoir la profondeur du cœur de Dieu. Car le rôle de Dieu est d’aimer. Seul Dieu peut aimer de cette façon, parce que seul Dieu est appelé « amour » par l’apôtre st.Jean 1 Jn 4,8.16)

Au cœur de nos lâchetés, de notre faiblesse, de notre péché, rejoignons le cri de foi de St.Thomas, « mon Seigneur et mon Dieu »
Dans les années 1950 le théologien R.Garrigou-Lagrande affirmait : « la miséricorde divine est comme la racine, le principe de toutes les œuvres de Dieu, elle les pénètre avec sa force et les domine....L’œuvre décisive du Père est donc la miséricorde. En elle, le mystère de l’amour du Père qui va jusqu’au pardon atteint sa perfection. Elle appelle tous les Hommes à une existence nouvelle : celle des vrais fils de Dieu. »

En ces temps de confinement ouvrons nos cœurs à la Miséricorde Divine afin que son Esprit nous donne d’être des artisans de miséricorde « soyeux miséricordieux comme votre Père céleste est miséricordieux. »

Et chantons :

« Il a pour nom Miséricorde,
dieu de tendresse et de bonté,
Dieu qui se donne
et qui pardonne,
car éternel est son Amour. »

« Dieu de miséricorde infinie,
tu ranimes la foi de ton peuple par les célébrations pascales ;

augmente en nous ta grâce pour que nous comprenions toujours mieux
quel baptême nous a fait renaître, et quel sang nous a rachetés …
Père de tendresse et d’amour, toi dont nous célébrons la miséricorde,
accueille favorablement la prière que nous t’adressons pour nous-mêmes
et pour nos frères.
Par Jésus le Christ Notre seigneur. »
Amen !

Frère Henri Revéreau,
missionnaire de Sainte Thérèse et curé de Segonzac

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

adresse Paroisse Segonzac
1 rue Jean d’Hermy
16130 Segonzac
+335 45 83 40 07
paroisse.segonzac chez orange.fr


Dans l'Eglise

Nouvelles du Vatican

Ecouter Radio RCF Charente

KTO

Eglise catholique en France

INFOS LIENS N°8- Juin 2020

Agenda


Relais de la Paroisse


Equipe du deuil

Equipe EAP

Doyenné Ouest-Charente et ses 3 secteurs


-