Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
https://angouleme.catholique.fr/Homelie-du-10-02-2019
          Homélie du 10/02/2019 "Avancez au large et jetez vos filets"

Homélie du 10/02/2019 "Avancez au large et jetez vos filets"

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • réagir
  • 0 vote

Évangile selon St Luc (Luc 5, 1-11)
5ème dimanche du temps ordinaire


pour relire l’évangile de Luc 5.1-11

Que fait Jésus dans la barque de Pierre ?
Il y est comme un poisson dans l’eau. Il se sert de la barque comme d’une chaire d’enseignement pour cette foule assoiffée de sa parole. D’une certaine façon, cette barque est détournée de son usage premier. Elle sert normalement pour la pêche car c’est là qu’on y dépose le poisson qu’on vient de prendre. Mais, ce jour-là, la barque est vide ; la pêche nocturne n’a rien donné. En s’installant ainsi dans la barque, Jésus prend la place du poisson et nourrit la foule de sa parole : « l’homme ne vit pas seulement de poisson pêché, mais aussi de parole donnée. » Que dit Jésus à la foule ? On ne le saura pas. L’évangile n’en dit rien. Par contre, il s’intéresse à ces pêcheurs silencieux qui réparent leurs filets abîmés ; ils sont fatigués par une nuit de travail et déçus de n’avoir rien pris. Prenant la place du poisson manquant dans la barque, Jésus se prépare à leur faire comprendre qu’ils n’ont pas tout perdu. Pour le moment, les pêcheurs restent en dehors, à distance de la foule. A quoi bon les mots du prédicateur !! Ils n’écoutent pas. La fatigue, l’échec, l’épreuve rendent sourd et même indifférent. On se replie sur soi, pris dans nos propres filets… Dieu nous rejoint souvent dans ces moments-là ; et il n’y va pas par quatre chemins. Il va droit au but, il prend la direction des opérations, il se met à commander, il donne des ordres comme un capitaine de navire : « Avance au large, Jetez les filets ! »

C’est un ordre. Voilà une parole qui réveille. Voilà une parole que Simon peut entendre puisque c’est celle qu’il dit lui-même quand il dirige la pêche avec ses équipiers. Quelqu’un vient d’oser prendre sa place et le défier sur son propre terrain. Jésus, prédicateur, qui a pris dans la barque la place du poisson, se fait maintenant commandant de bord, prenant la place de Simon, comme s’il était lui aussi du métier ! A quoi joue Jésus ? Est-ce une provocation ? La foule est là, qui regarde, témoin de la scène entre les deux acteurs. Que va-t-il donc se passer ? L’ordre lancé par Jésus vient de créer une situation tout à fait inattendue, mettant tout le monde dans l’embarras.
En effet, en parlant ainsi, Jésus vient de prendre un risque énorme, celui de perdre la face devant cette foule fraîchement enseignée à qui il donne l’occasion de vérifier l’efficacité de la parole. Si les pêcheurs auxquels il s’adresse n’obéissent pas, Jésus est « coulé » ; il perd toute crédibilité et l’efficacité de sa parole restera à prouver une autre fois. Mais Jésus est étonnant. Il a confiance dans ces hommes simples auxquels il vient de s’identifier en prenant place dans leur barque. Il se fait pêcheur comme eux : « Avance au large, Simon. Jetez les filets ! »

De son côté, interpellé devant tout le monde, Simon, l’homme du métier, sait très bien qu’il n’y a pas de poisson à pêcher ici puisqu’il vient d’y passer toute la nuit, et il le dit ouvertement : « Nous avons peiné toute la nuit sans rien prendre ! » Va-t-il quand même relever le défi lancé par Jésus, ou va-t-il se « dégonfler » ? Voilà Simon face à un cruel dilemme sur lequel son avenir va se jouer :
S’il ne fait rien, il avoue publiquement qu’il ne croit pas en Jésus. Plus encore, s’il refuse de jeter les filets, il met Jésus en échec devant une foule de témoins. S’il ne fait rien, il ne se passera rien, car c’est quand même pas Jésus qui va jeter les filets à sa place !! Alors, il doit le faire. Simon comprend que l’efficacité de la parole de Jésus est dans ses mains à lui ; elle doit passer par lui, dans ce simple geste qu’il fait tous les jours, celui de jeter ses filets. Il le fait. Mais cette fois, il le fait parce qu’un autre le lui demande, un autre lui en donne l’ordre. Simon est dessaisi de son propre commandement. Il obéit : « Oui, sur ton ordre, je vais jeter les filets. »

On connaît la suite ; mais ce qui importe dans la scène qui suit, c’est moins la réussite de la pêche en tant que telle, que la relation définitive qui s’instaure entre Jésus et Pierre, Jacques et Jean. Ils quittent tout pour le suivre, malgré la peur qui les paralyse devant la grandeur de celui qui vient de les choisir et devant l’immense tâche à laquelle il les appelle.

Depuis ce jour, la barque ecclésiale continue d’avancer vers l’autre rive, sous la conduite du « Christ, le fils du Dieu Sauveur. » Les premiers chrétiens représentaient volontiers le Christ par l’emblème du poisson, dont les lettres grecques signifiaient : Iésous Khristos Théou Uios Sôter = Jésus Christ de Dieu Fils Sauveur.

Père François Raballand

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

adresse Paroisse Notre Dame des Sources
24 Rue du Souvenir
16430 L’Isle d’Espagnac
05 45 69 29 19
paroissenotredamedessources chez orange.fr


Curé de la paroisse
Père Laurent Maurin
Prêtre habitué
Père Maurice Proteau


Communautés locales
L’Isle d’Espagnac
24 Rue du Souvenir
16430 L’Isle d’Espagnac

05 45 69 29 19


Ruelle Sur Touvre
19 Place de l’Église
16600 Ruelle

05 45 65 40 53


Horaires des permanences


-