Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
https://angouleme.catholique.fr/Homelie-du-16-juin-2019-Sainte-Trinite

Homélie du 16 juin 2019 - Sainte Trinité

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • réagir
  • 0 vote

"Nous tourner vers le Dieu Trinité, c’est découvrir la grandeur de l’Homme aux yeux de Dieu, d’un Homme appelé à vivre dans l’Amour infini du Père, et par l’Esprit, dans la résurrection du Fils."


« Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. » Au début de notre prière, nous nous sommes marqués du signe d’un seul Dieu en trois personnes. Il y a plus ou moins longtemps, nous avons été plongés par le baptême dans la foi en ce Dieu Trinité, que nous célébrons aujourd’hui. Toute notre vie est baignée de cette foi, et pourtant. Quand vient le moment d’expliquer ce dont il s’agit, combien d’entre nous tournent le regard ou tentent d’échapper à la question. Alors, comme on peut, on trouve des images, des formules, des histoires pour essayer d’expliquer… peut-être de nous convaincre nous-mêmes. Chose d’autant plus difficile que sur les Trois Personnes, il y en a toujours une qui résiste : certains sont à l’aise avec le Père et le Fils mais buttent sur l’Esprit Saint. D’autres seront à l’aise avec l’Esprit et le Père, mais n’arriveront pas à mettre toute leur foi en Christ. Et ainsi de suite. Et on cherchera, comme on peut, à raconter ce qu’est la Trinité en elle-même, qui est ce Dieu Unique et Un en Trois Personnes, de façons logiques… Lui, ne se laissant jamais réduire à nos logiques.
Que faire, alors, de cette foi en la Sainte Trinité ? Comment l’accueillir pour ce qu’elle est, un mystère qui nous dépasse et qui dépasse toutes nos intuitions, nos compréhensions et nos explications ?
On pourrait attendre de la Parole de Dieu qu’elle nous éclaire et nous donne des pistes. On ne trouve en fait pas grand-chose, sauf qu’elle nous parle de jeu. « La Sagesse faisait les délices de Dieu jour après jour, jouant devant lui à tout moment, jouant dans l’univers, sur sa terre. » Voilà qui nous avance bien… Nous ne sommes pas forcément plus avancés, sinon qu’avec l’image du jeu, vient la notion de mouvement et de relation. La Trinité n’est pas une image fixe de Dieu. Le jeu nous dit au contraire un mouvement, une circulation, une relation, un échange virevoltant, vivant, amoureux pourquoi pas. Dieu n’est pas un être fixe, immobile. Il est en Lui-même dynamique, parce qu’Il est Amour et que l’Amour n’est pas une réalité figée, mais mouvante et relationnelle.
Cette image du jeu nous suffirait-elle ? Nous sentons bien qu’elle ne peut tout résumer. Et nous replongeons dans la Parole de Dieu.
Et là, un autre aspect déployé à travers les textes que nous avons entendus, vient éclairer de façon différente la fête d’aujourd’hui. « La Sagesse de Dieu trouvait ses délices avec les fils des hommes », disait le Livre des Proverbes. « A voir ton ciel, ouvrage de tes doigts, la lune et les étoiles que tu fixas, qu’est-ce que l’homme pour que tu penses à lui, le fils d’un homme, que tu en prennes souci ? Tu l’as voulu un peu moindre qu’un dieu, le couronnant de gloire et d’honneur ; tu l’établis sur les œuvres de tes mains, tu mets toute chose à ses pieds », répond le psaume. « L’amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par l’Esprit Saint qui nous a été donné », annonce Saint Paul dans ce petit passage où l’on trouve 11 fois les mots « nous », « notre », « nos »… On ne trouve que 3 occurrences du mot « Dieu » : « la paix de Dieu », « la gloire de Dieu », « l’amour de Dieu ». Mais 11 fois, Paul parle de « nous ». Autrement dit, Saint Paul semble davantage parler de nous, que de Dieu ! Et l’évangile n’est pas en reste : « L’Esprit Saint vous conduira dans la vérité tout entière… L’Esprit reçoit ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. »
Pour la fête de la Trinité, la liturgie parle non pas d’un Dieu en soi trinitaire, mais parle de l’Homme et de la relation que Dieu veut entretenir avec lui, depuis toujours et à toujours. Une relation que Dieu veut dans l’Amour, dans la confiance, dans la co-responsabilité, dans la vérité, dans la réciprocité… La liturgie vient déplacer notre regard et notre prière : en fêtant la Trinité, nous ne prions pas un « en-soi » de Dieu, nous rendons grâce pour la grandeur de l’Homme aux yeux de Dieu. Voilà qui change tout ! Croire en un Dieu Trinité, dit quelque chose de notre vision de l’Homme ! Prier le Dieu Trinitaire, c’est placer l’Homme au sommet de la création (« un peu moindre qu’un dieu »), et saisir l’humanité dans cette relation d’Alliance que Dieu entretient avec elle. Fêter le Dieu Trinité, ce n’est pas nous élever dans des considérations éthérées, mais saisir toute la responsabilité de l’Homme dans la création et dans la société, pour que la Parole de Dieu soit annoncée et que l’Esprit de Vie soit bien transmis. Nous tourner vers le Dieu Trinité, c’est découvrir la grandeur de l’Homme aux yeux de Dieu, d’un Homme appelé à vivre dans l’Amour infini du Père, et par l’Esprit, dans la résurrection du Fils. Accueillir la foi en la Trinité, c’est saisir de l’intérieur de nous-mêmes que nous sommes infiniment aimés de Dieu, qu’il nous rejoint au plus profond de nous-mêmes, qu’il compte sur nous sans jamais se lasser malgré nos infidélités et nos manques d’amour ou nos pas de côté. C’est comprendre quel est le véritable sens de notre vie et son but ultime. Célébrer la Sainte Trinité, c’est entrer dans la compréhension et l’expérience qu’on ne pourra jamais parler de Dieu sans l’Homme, ni de l’Homme véritable sans Dieu.
Lorsque j’étais au séminaire, nous avions un grand cours sur la Trinité, donné par un éminent professeur qui nous emmenait dans des corpus de théologiens tous plus compliqués les uns que les autres. En général, il nous perdait assez vite avec des notions plutôt « ésotériques » à nos oreilles ! Alors pour nous retrouver, il se tournait vers nous et nous disait : « Ne vous inquiétez pas. La Trinité, ce n’est pas compliqué. Posez vos stylos, regardez-moi. » Et il repartait dans ses explications théologiques. Mais peut-être, avec sa petite phrase, avait-il déjà dit l’essentiel : « regardez-moi ». Non pas le regarder, lui, le professeur devant nous, mais regarder l’Homme. L’Homme debout. L’Homme vivant. L’Homme en état de comprendre le monde et d’agir sur lui. L’Homme rejoint par Dieu et aimé de Dieu. L’Homme sauvé et pardonné par le Fils, vivant dans la confiance de l’Amour du Père. L’Homme faisant de sa vie un éternel Magnificat, dans le souffle de l’Esprit.
Non, la Trinité, ce n’est pas compliqué. C’est la fête de notre humanité, c’est la révélation de la grandeur de l’Homme invité à vivre dans la communion d’amour divin. C’est la joie éternelle de l’Alliance infinie.
Amen.
P. Benoît Lecomte

En savoir plus

Lectures de la messe
Première lecture
La Sagesse a été conçue avant l’apparition de la terre (Pr 8, 22-31)

Lecture du livre des Proverbes

Écoutez ce que déclare la Sagesse de Dieu :
« Le Seigneur m’a faite pour lui,
principe de son action,
première de ses œuvres, depuis toujours.
Avant les siècles j’ai été formée,
dès le commencement, avant l’apparition de la terre.

Quand les abîmes n’existaient pas encore, je fus enfantée,
quand n’étaient pas les sources jaillissantes.
Avant que les montagnes ne soient fixées,
avant les collines, je fus enfantée,
avant que le Seigneur n’ait fait la terre et l’espace,
les éléments primitifs du monde.

Quand il établissait les cieux, j’étais là,
quand il traçait l’horizon à la surface de l’abîme,
qu’il amassait les nuages dans les hauteurs
et maîtrisait les sources de l’abîme,
quand il imposait à la mer ses limites,
si bien que les eaux ne peuvent enfreindre son ordre,
quand il établissait les fondements de la terre.
Et moi, je grandissais à ses côtés.

Je faisais ses délices jour après jour,
jouant devant lui à tout moment,
jouant dans l’univers, sur sa terre,
et trouvant mes délices avec les fils des hommes. »

– Parole du Seigneur.
Psaume
(Ps 8, 4-5, 6-7, 8-9)

R/ Ô Seigneur, notre Dieu,
qu’il est grand, ton nom,
par toute la terre ! (Ps 8, 2)

À voir ton ciel, ouvrage de tes doigts,
la lune et les étoiles que tu fixas,
qu’est-ce que l’homme pour que tu penses à lui,
le fils d’un homme, que tu en prennes souci ?

Tu l’as voulu un peu moindre qu’un dieu,
le couronnant de gloire et d’honneur ;
tu l’établis sur les œuvres de tes mains,
tu mets toute chose à ses pieds.

Les troupeaux de bœufs et de brebis,
et même les bêtes sauvages,
les oiseaux du ciel et les poissons de la mer,
tout ce qui va son chemin dans les eaux.
Deuxième lecture
Vers Dieu par le Christ dans l’amour répandu par l’Esprit (Rm 5, 1-5)

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

Frères,
nous qui sommes devenus justes par la foi,
nous voici en paix avec Dieu
par notre Seigneur Jésus Christ,
lui qui nous a donné, par la foi,
l’accès à cette grâce
dans laquelle nous sommes établis ;
et nous mettons notre fierté
dans l’espérance d’avoir part à la gloire de Dieu.
Bien plus, nous mettons notre fierté
dans la détresse elle-même,
puisque la détresse, nous le savons, produit la persévérance ;
la persévérance produit la vertu éprouvée ;
la vertu éprouvée produit l’espérance ;
et l’espérance ne déçoit pas,
puisque l’amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs
par l’Esprit Saint qui nous a été donné.

– Parole du Seigneur.
Évangile
« Tout ce que possède le Père est à moi ; l’Esprit reçoit ce qui vient de moi pour vous le faire connaître » (Jn 16, 12-15)

Alléluia. Alléluia.
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit :
au Dieu qui est, qui était et qui vient !
Alléluia. (Ap 1, 8)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
« J’ai encore beaucoup de choses à vous dire,
mais pour l’instant vous ne pouvez pas les porter.
Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité,
il vous conduira dans la vérité tout entière.
En effet, ce qu’il dira ne viendra pas de lui-même :
mais ce qu’il aura entendu, il le dira ;
et ce qui va venir, il vous le fera connaître.
Lui me glorifiera,
car il recevra ce qui vient de moi
pour vous le faire connaître.
Tout ce que possède le Père est à moi ;
voilà pourquoi je vous ai dit :
L’Esprit reçoit ce qui vient de moi
pour vous le faire connaître. »

– Acclamons la Parole de Dieu.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Contact

adresse Paroisse Ma Campagne - Puymoyen
2, bld Jean Moulin
16000 Angoulême
+335 45 61 15 04
paroissemacampagne chez orange.fr
Accueil à la paroisse les mardis et vendredis de 16h30 à 18h30



-