Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
https://angouleme.catholique.fr/Homelie-du-17-05-2020-L-Esprit-de-verite-qui-nous-est-donne
          Homélie du 17/05/2020 L’Esprit de vérité qui nous est donné

Homélie du 17/05/2020
L’Esprit de vérité qui nous est donné

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • réagir
  • 0 vote

Homélie du 6ème dimanche de Pâques
Paroisse Notre Dame des Sources


SIXIÈME DIMANCHE DE PÂQUES

Jean 14, 15-21

L’Esprit de vérité qui nous est donné…

Des questions légitimes, des réponses qui le sont moins…

La crise du Covid 19 que nous traversons depuis maintenant plus de deux mois a fait émerger des questions bien légitimes. Il y a celle qui consiste à faire de Dieu le responsable, et celle qui demanderait à Dieu de faire disparaitre le virus si tel est son bon vouloir. Les deux questions ou deux attitudes, finalement, sont liées. Dans ces deux cas, Dieu est responsable de tout, et seule notre prière ou notre foi pourraient faire arrêter le cours tragique des évènements ! Le Seigneur arrêterait donc les épidémies, les famines, les guerres… A contrario, partout où elles ont lieu, logiquement, c’est qu’il lui plairait qu’elles continuent, donc que des hommes souffrent et meurent ! Nous serions alors des instruments dans la main de Dieu qui nous laisserait comme des marionnettes à la merci de son bon vouloir. Tout cela ne pourrait émaner que d’un Dieu pervers !

Non cela ne peut être notre Dieu ! Cela bien sûr est difficilement tenable avec le Dieu d’amour dont parle l’Évangile. Nous croyons qu’avec la vie, la mort, et la Résurrection de Jésus, son Père a mis fin à cette ambiguïté qui est d’avantage une source d’athéisme et d’un refus d’une Église qui entretiendrait l’image de ce Dieu redoutable !
Comment Dieu pourrait-il se comporter de la sorte avec sa Création ? Plus grave, comment aurait-il pu laisser son Fils mourir sur la croix dans d’horribles souffrances ? Or la passion de Jésus, nous montre une fois pour toute que Dieu est du côté de l’innocent souffrant, de l’amour bafoué. Il n’intervient pas directement dans notre histoire. Son issue est celle de la relecture de Pâques : l’amour est plus fort que la haine, la vie l’emporte alors.

L’Esprit de Dieu ne déserte pas pour autant nos vies et ce monde. Il est présent, mais d’une autre façon. Il vous donnera un autre défenseur qui sera avec vous pour toujours avec vous.
L’Esprit Saint ne serait pas une rustine que l’on pose sur nos existences défaillantes. Il n’intervient pas à notre place. Sa présence est autre. Comme à Pâques, il intervient après coup pour nous faire comprendre et surtout, nous faire changer. Je reviens vers vous.

Où sont alors les signes de l’Esprit ?

Il faut donc éviter une assimilation trop rapide entre « signes des temps » (des faits objectifs qui s’imposent à tous dans la société) et « signes de l’Esprit » (des faits qui peuvent être relus, interprétés et compris à la lumière de l’Évangile). Pour prendre l’expression même de ces versets de l’évangile selon Jean : le monde ne vous verra plus (signe des temps) mais vous vous me verrez vivant (signe de l’Esprit). Cette distinction nous permet de comprendre que l’histoire humaine ne doit pas entièrement être attribuée à l’Esprit Saint, sinon on retrouverait une histoire uniquement conduite providentiellement par Dieu. Quelle serait alors la place de l’homme ? De ses initiatives ? L’Esprit Saint serait une force magique dont on serait à la merci…

Cette mise en garde faite, il est important aussi de préciser que si les signes de ce même Esprit sont présents dans notre histoire, heureuse ou dramatique, il nous faut les discerner et ce, grâce à l’Écriture. C’est ainsi que l’on peut définir la présence de Dieu au monde : L’Esprit Saint travaille l’humanité et, dans les grands mouvements et aspirations du genre humain, il faut reconnaître la présence de l’Esprit, les provocations de l’Esprit, et chercher à y répondre. Tant que le monde ne le voit pas et ne le connaît pas, il ne peut le recevoir. Notre mission de chrétien est donc d’aider ce monde à voir aussi les signes et les appels de l’Esprit. Le critère nécessaire pour connaître et lire les signes des temps : la Parole de Dieu révélée ; discerner à la lumière de la Révélation ces signes des temps, montre le lien qui existe entre l’activité transformatrice de l’homme et le Royaume à venir.

Concrètement la crise biologique, sanitaire et économique que l’humanité traverse avec le Covid 19 (signe des temps), nous oblige à nous interroger sur notre responsabilité humaine : que pouvions-nous faire mieux et qu’avons-nous pas fait pour limiter une telle pandémie ? Qu’avons-nous réussi et pourquoi ? Que devons-nous changer dans nos comportements personnels ou collectifs pour éviter la poursuite ou le renouvellement de ce genre de crise ? Les réponses que nous sommes appelées à donner le sont, pour nous Chrétiens, en fonction des critères donnés par Jésus dans l’Évangile : écoute, soucis des plus fragiles, actions pour les soutenir et les délivrer, réconciliation de l’homme avec lui-même, avec la création, avec les autres, pour un avenir commun plus juste (signes de l’Esprit).

Reconnaitre les signes de l’Esprit et répondre aux appels de l’Esprit

La question, en ce temps qui précède notre fête de Pentecôte, est bien celle-ci : saurons-nous reconnaitre des signes de l’Esprit dans cette crise et surtout saurons-nous reconnaitre les appels de l’Esprit pour améliorer ce qui peut l’être dans notre humanité secouée et qui le restera durablement, d’une façon ou d’une autre… ?

C’est ainsi que les théologiens du Concile Vatican II (1962-65) ont travaillé ce rapport entre signes de l’Esprit-Saint et signes des temps, qu’il ne faut absolument pas confondre. L’Esprit Saint est au cœur de la démarche de la théologie historique proposée par Gaudium et spes (la constitution pastorale sur l’Église dans le monde de ce temps du Concile Vatican II) : « Ce qu’il y a de neuf dans Gaudium et spes, c’est qu’on a cherché les traces de Dieu dans les faits […] tout ce qui est vécu intéresse Dieu ». C’est bien une « redécouverte du rôle de l’Esprit Saint » qui se fait. « L’humanité habitée par l’Esprit Saint tend vers la Parousie » et « cette tension existe à l’intérieur de l’activité humaine ». C’est particulièrement l’objet du n° 45 :

Le verbe de Dieu s’est fait homme… pour sauver tous les hommes et récapituler toutes choses en lui. Le Seigneur est le terme de l’histoire humaine, le point vers lequel convergent les désirs de l’histoire…
Vivifiés et rassemblés en son Esprit, nous marchons vers la consommation de l’histoire humaine.

L’action de l’Esprit dans cette histoire humaine nous porte vers plus de vie (vivifiés). Ouvrant des possibles dans nos existences, il nous invite à participer au rassemblement (rassemblés), incluant les réconciliations, les engagements pour la justice et les actions nécessaires pour y parvenir. Il est à l’œuvre quand des hommes se mobilisent pour la paix, pour un avenir commun plus équitable, pour un développement responsable et respectueux de l’environnement et du plus grand nombre… Ou pour reprendre les expressions de Jean dans ces versets : Celui qui reçoit mes commandements et les garde, c’est celui-là qui m’aime.

Don de Dieu, l’Esprit passe donc par la volonté des sujets de l’histoire que nous sommes tous. Son action poursuit la présence du Seigneur entre l’Incarnation de Jésus-Christ et la consommation eschatologique des temps. L’homme reste libre d’acquiescer ou de résister aux appels de l’Esprit qui montrent ce que Dieu désire (ce qui est promu dans l’Évangile, pour nous), sans se substituer pour autant à l’agir de l’homme. Dire et tenir ensuite que les « désirs de l’histoire » sont également « volonté de Dieu » ne relève que de notre foi…

P. Laurent Maurin

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

adresse Paroisse Notre Dame des Sources
paroissenotredamedessources
@orange.fr


Curé de la paroisse
Père Laurent Maurin
Prêtre habitué
Père Maurice Proteau


Communautés locales
L’Isle d’Espagnac
24 Rue du Souvenir
16430 L’Isle d’Espagnac

05 45 69 29 19


Ruelle Sur Touvre
19 Place de l’Église
16600 Ruelle

05 45 65 40 53


Horaires des permanences


-