Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
https://angouleme.catholique.fr/Homelie-du-3-mars-2018

Homélie du 3 mars 2018

Ce samedi soir, la messe était préparée et animée par les jeunes des aumôneries de l’enseignement public.


« Cessez de faire de la maison de mon Père une maison de commerce. » D’autres traductions diront « une maison de trafic. » Rappelle-toi que tu as été créé à l’image de Dieu et à sa ressemblance, créé homme et femme, être unique aimé de Dieu et ouvert à toutes les relations dans un amour de communion. Rappelle-toi que tu es le temple de l’Esprit, que Dieu a fait de ton cœur sa demeure, qu’il veut habiter ta vie, qu’il a fait de ton existence sa maison, son sanctuaire…
Oui mais voilà, Jésus a peut-être un peu raison de se mettre en colère. Que faisons-nous, en vérité, de l’habitation de Dieu que nous sommes ? Jésus connaît notre cœur et nos petits arrangements. Il veut ce soir nous ouvrir les yeux : ne faisons-nous pas, bien souvent, de notre vie et de notre existence, un lieu de commerce et de petits trafics, de marchandage, d’épicerie pour arranger les choses à notre sauce, pour nous bricoler le Dieu qui nous arrange, pour faire en sorte que nous soyons le centre de notre petit monde ? Nous trafiquons bien un peu, avec la vérité, avec la lumière, avec la justice, avec la dignité… il est parfois plus facile de fermer les yeux et de dire « tant pis » que de les ouvrir et de nous engager… Petits trafics avec l’Amour, le grand, le pur, le divin, celui qui nous habite et dont nous sommes capables. « Ne cherchez pas Dieu où il n’est pas ! », clame Saint Paul. Ne lui demandez pas ce qu’il ne peut pas donner ! Il n’est pas le grand sorcier ou le vieux barbu sur son nuage ! Il est le Messie crucifié, scandale pour les juifs (comme Dieu pourrait-il se laisser crucifier et mourir comme un moins que rien), folie pour les païens (comment un Dieu pourrait-il se laisser ainsi faire ?). Ce Christ, ce Messie crucifié, ce Messie apparemment impuissant mais qui se rend solidaire de ta souffrance, de ton isolement, de tes égarements, de tes doutes, de ton sentiment d’abandon, c’est lui, le vrai Dieu. Parce qu’il n’est pas le Dieu de la puissance artificielle, mais le Dieu qui, dans son impuissance, t’aime jusqu’au bout, t’aime totalement, t’aime infiniment. Plus que de raison, à la folie ! Là est sa puissance et sa sagesse, toute-puissance de l’Amour.
Aime ! Aime comme Dieu aime, lui qui te libère de tous tes esclavages, et ne bricole pas avec l’Amour, ne marchande pas avec l’amour, n’entretient pas de petits trafics avec l’amour ! Aime. Dans la simplicité et dans l’humilité, dans la grandeur et la folie, aime. Aime ton père, ta mère, ton voisin, ton ami, ton ennemi, ton prochain – ton collègue, ton prof, ton patron, ton ouvrier. Aime le monde, les hommes, la création, l’univers. Aime ! Débarrasse ton cœur et ton esprit de tout ce qui encombre et qui n’est pas Amour, amour simple, amour vrai. Et si tu n’y arrives pas, alors laisse Jésus faire le ménage en toi, comme il fait le ménage dans le temple, comme il fait le ménage dans sa demeure.
N’oublie pas que tu es l’homme de Pâques, fait pour ressusciter avec Lui, fait pour la résurrection, créé pour la lumière. Entend la Parole de Dieu, ton Père qui disait aux anciens que l’amour de sa maison ferait son tourment. Voilà le tourment de Dieu : l’amour qu’il te porte. Son seul souci est de t’aimer, pour que tu aimes, pour que tu vives. Son seul souci est que ton cœur soit débarrassé de tes marchandages pour que l’amour y soit total. Et alors, quelle libération ! Quelle beauté ! Quelle liberté !

Voilà le chemin de carême que nous vivons ensemble. Ce chemin pour redécouvrir notre vie sous le signe de l’Amour. Un chemin pour apprendre à aimer et pour apprendre à se laisser aimer, désencombré de tout commerce et de tout trafic, pour vivre de l’Amour infini comme d’une source pure.
Amen.
P. Benoît Lecomte

En savoir plus

Troisième dimanche de Carême

Livre de l’Exode 20,1-17.
En ces jours-là, sur le Sinaï, Dieu prononça toutes les paroles que voici :
« Je suis le Seigneur ton Dieu, qui t’ai fait sortir du pays d’Égypte, de la maison d’esclavage.
Tu n’auras pas d’autres dieux en face de moi.
Tu ne feras aucune idole, aucune image de ce qui est là-haut dans les cieux, ou en bas sur la terre, ou dans les eaux par-dessous la terre.
Tu ne te prosterneras pas devant ces dieux, pour leur rendre un culte. Car moi, le Seigneur ton Dieu, je suis un Dieu jaloux : chez ceux qui me haïssent, je punis la faute des pères sur les fils, jusqu’à la troisième et la quatrième génération ;
mais ceux qui m’aiment et observent mes commandements, je leur montre ma fidélité jusqu’à la millième génération.
Tu n’invoqueras pas en vain le nom du Seigneur ton Dieu, car le Seigneur ne laissera pas impuni celui qui invoque en vain son nom.
Souviens-toi du jour du sabbat pour le sanctifier.
Pendant six jours tu travailleras et tu feras tout ton ouvrage ;
mais le septième jour est le jour du repos, sabbat en l’honneur du Seigneur ton Dieu : tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni tes bêtes, ni l’immigré qui est dans ta ville.
Car en six jours le Seigneur a fait le ciel, la terre, la mer et tout ce qu’ils contiennent, mais il s’est reposé le septième jour. C’est pourquoi le Seigneur a béni le jour du sabbat et l’a sanctifié.
Honore ton père et ta mère, afin d’avoir longue vie sur la terre que te donne le Seigneur ton Dieu.
Tu ne commettras pas de meurtre.
Tu ne commettras pas d’adultère.
Tu ne commettras pas de vol.
Tu ne porteras pas de faux témoignage contre ton prochain.
Tu ne convoiteras pas la maison de ton prochain ; tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son bœuf, ni son âne : rien de ce qui lui appartient. »

Psaume 19(18),8.9.10.11.
La loi du Seigneur est parfaite,
qui redonne vie ;
la charte du Seigneur est sûre,
qui rend sages les simples.

Les préceptes du Seigneur sont droits,
ils réjouissent le cœur ;
le commandement du Seigneur est limpide,
il clarifie le regard.

La crainte qu’il inspire est pure,
elle est là pour toujours ;
les décisions du Seigneur sont justes
et vraiment équitables :

plus désirables que l’or,
qu’une masse d’or fin,
plus savoureuses que le miel
qui coule des rayons.

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 1,22-25.
Frères, alors que les Juifs réclament des signes miraculeux, et que les Grecs recherchent une sagesse,
nous, nous proclamons un Messie crucifié, scandale pour les Juifs, folie pour les nations païennes.
Mais pour ceux que Dieu appelle, qu’ils soient Juifs ou Grecs, ce Messie, ce Christ, est puissance de Dieu et sagesse de Dieu.
Car ce qui est folie de Dieu est plus sage que les hommes, et ce qui est faiblesse de Dieu est plus fort que les hommes.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 2,13-25.
Comme la Pâque juive était proche, Jésus monta à Jérusalem.
Dans le Temple, il trouva installés les marchands de bœufs, de brebis et de colombes, et les changeurs.
Il fit un fouet avec des cordes, et les chassa tous du Temple, ainsi que les brebis et les bœufs ; il jeta par terre la monnaie des changeurs, renversa leurs comptoirs,
et dit aux marchands de colombes : « Enlevez cela d’ici. Cessez de faire de la maison de mon Père une maison de commerce. »
Ses disciples se rappelèrent qu’il est écrit : ‘L’amour de ta maison fera mon tourment.’
Des Juifs l’interpellèrent : « Quel signe peux-tu nous donner pour agir ainsi ? »
Jésus leur répondit : « Détruisez ce sanctuaire, et en trois jours je le relèverai. »
Les Juifs lui répliquèrent : « Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce sanctuaire, et toi, en trois jours tu le relèverais ! »
Mais lui parlait du sanctuaire de son corps.
Aussi, quand il se réveilla d’entre les morts, ses disciples se rappelèrent qu’il avait dit cela ; ils crurent à l’Écriture et à la parole que Jésus avait dite.
Pendant qu’il était à Jérusalem pour la fête de la Pâque, beaucoup crurent en son nom, à la vue des signes qu’il accomplissait.
Jésus, lui, ne se fiait pas à eux, parce qu’il les connaissait tous
et n’avait besoin d’aucun témoignage sur l’homme ; lui-même, en effet, connaissait ce qu’il y a dans l’homme.

1 réaction


10 mars 2018 20:52, par chambon

Merci pour cette homélie

.

Merci pour tous ces jeunes , pour leur participation, leur accueil, leur recueillement . Ils fortifient notre foi.

Merci à ces 2 jeunes confirmés de nous avoir partagé le pain de vie. OUI, c’était bon de leur dire qu’ils sont le trésor , le vrai trésor de demain.

- Répondre à ce message


 

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Contact

adresse Paroisse Ma Campagne - Puymoyen
2, bld Jean Moulin
16000 Angoulême
+335 45 61 15 04
paroissemacampagne chez orange.fr
Accueil à la paroisse les mardis et vendredis de 16h30 à 18h30



-