Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
https://angouleme.catholique.fr/Homelie-du-Mercredi-Saint

Homélie du Mercredi Saint

Par le père Frédéric VOLLAUD

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • réagir
  • 0 vote

Pour Judas aussi...


C’est parce qu’il se laisse réveiller et instruire par la Parole de Dieu que le Serviteur trouve la force de ne pas se dérober aux outrages dont on l’accable.
Il est l’homme qui se laisse instruire, l’homme "obéissant", c’est à dire, qui se place sous l’écoute de cette Parole et laisse sa confiance en être renouvelée.
Dans les épreuves de nos vies, nous pouvons trouver, dans une écoute attentive de la Parole de Dieu, notre secours et notre lumière.

Jésus affronte la grande épreuve de la trahison.
Il sait qui est celui qui le livre. Se serait-il trompé lorsqu’il a appelé Judas à sa suite ?
N’est-il pas encore temps de se soustraire à son funeste projet ?
Non. "Mon temps est proche. Je veux célébrer la Pâque avec mes disciples".
Je veux accomplir la volonté du Père : me voici, je viens faire sa volonté.
L’un de vous va me livrer... Malheureux est-il !
Rien, ni le présent, ni l’avenir, ni la vie, ni la mort, ni même la trahison, rien, ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu révélé en Jésus-Christ, vécu jusqu’au bout de son humanité, et pour cela, source de salut pour chacun de nous.
Jésus, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’au bout...
Il souffre et meurt aussi pour Judas, parce qu’il l’aime.
Et si Judas s’enfonce dans la nuit, s’il devient nuit lui-même jusqu’à pouvoir livrer son Maître par un baiser, s’il finit par désespérer de lui et du pardon de Jésus, s’il se croit impardonnable, Jésus n’en souffre et n’en meurt pas moins pour lui aussi.
Il le fait pour que personne ne soit exclu du salut.
Désormais, il n’y a que nous qui puissions nous priver de ce salut.
C’est le prix terrible de notre liberté qui est aussi celui de l’amour que Dieu a pour nous, que Dieu est pour nous.

Si en méditant cela, nous nous mettons assez instinctivement du côté de Judas, capables si facilement de trahir l’amour de Jésus, apprenons de lui que nous sommes aussi, par grâce, rendus capables d’être de son côté, ancrés dans la confiance en Dieu, habités et nourris de sa présence pour aimer à sa manière et vivre parfois l’amour humain jusqu’au bout...
Contemplons l’amour qui se donne sans se laisser conditionner par tous les obstacles qui pourraient le tenir en réserve, et demandons la grâce de pouvoir aimer ainsi. Amen.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


-