Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
https://angouleme.catholique.fr/Homelie-du-Pere-Laurent-Maurin-le-9-mars-a-Ma-Campagne
            Homélie du Père Laurent Maurin le 9 mars à Ma Campagne

Homélie du Père Laurent Maurin le 9 mars à Ma Campagne

Le 9 mars 2019, le Père Laurent Maurin, doyen du Grand Angoulême, a présidé la mese et envoyé Stéphane et Damien en mission en EAP. Il a commenté l’actualité de la vie de l’Eglise en s’appuyant sur l’Evangile.


Nous entendons depuis plusieurs semaines et plusieurs mois des nouvelles de scandales qui secouent l’Église, des révélations inimaginables. Nous étions complices d’une façon ou d’une autre, cela bien sûr nous interpelle. C’est non seulement l’intégrisme mais aussi quelque part notre foi qui est en question, qui est en questionnement, en jeu. Et j’ai bien entendu, j’ai essayé d’entendre cet évangile,ce dialogue entre Jésus et le diable, pas n’importe qui quand même !
Le diable et le Bon Dieu qui se font face, qui discutent, qui dialoguent, qui se parlent et en écoutant ce que disait ce satan dans cette tentation du Christ, je me suis dit :
« -dis donc cela ressemble terriblement à ce que l’on reproche à notre Eglise ! »De pouvoir se croire supérieure aux nations de la terre, d’imposer ses lois, de croire que notre spiritualité nous permet d’échapper à un engagement réaliste concret dans notre société, de croire que les prodiges, les miracles peuvent être supérieurs à la nécessité d’une parole vraie.
Les trois tentations de Jésus me sont apparues comme les trois tentations de l’Église, les trois paroles de satan comme les paroles de ce que l’on reproche à l’Église.
Pourtant, a-t -on bien lu l’Evangile ? Qui,quel personnage est constamment appelé par Jésus : satan ! C’est Pierre.
« Passe derrière moi satan ! tu n’as rien compris ! ». A plusieurs reprises ce pauvre Pierre, que pourtant Jésus aime sincèrement, ce beau dialogue avec Pierre à qui Il confie justement la responsabilité de son assemblée, c’est à dire de son Eglise (en grec assemblée veut dire Eglise) qu’Il nomme satan.
Et justement, dans cette responsabilité qui est la sienne d’animer, de conduire ce peuple, cette assemblée, cette communauté quelle lucidité nous le savons bien de la part de Jésus sur le fond du coeur humain, sur ce qu’il y a en chacun de nous sur les risques aussi d’une telle entreprise !Et pourtant en même temps c’est un rêve qui confient des paroles de vie, de libération mais à condition de respecter et de suivre ces préceptes.
Oui, nous n’avons pas à courir après le merveilleux, les prodiges, les miracles, nous n’avons dans notre Eglise, à courir après ce qui nous exonérerait de notre responsabilité, notre parole, une parole vraie, une parole juste, efficace réaliste.
Les prodiges qui transformeraient les pierres en pain ce n’est pas pour nous ! Ce n’est pas pour l’Église ! de même de pouvoir posséder le monde entier, gouverner la terre, les nations ce n’est pas pour l’Église ! Ce n’est pas pour nous ! Nous n’avons pas à exercer de pouvoir, nous n’avons pas à manipuler des gens, des masses,des groupes d’une façon ou d’une autre, ou encore notre spiritualité ne nous exonère pas de notre engagement dans la société, dans le monde. Ce n’est pas parce - que nous croyons que notre pied ne va pas heurter la pierre et que nous parviendrons miraculeusement en haut du temple comme si de rien était. Non la spiritualité ce n’est pas une évasion du réel, ce n’est pas une évasion de notre engagement au service de nos frères et on l’a bien entendu dans la première lecture du livre du Deutéronome il était bien question justement de cette parole exigeante qui est une parole libératrice, fondatrice contre les injustices où nous sommes attendus au nom de Dieu et cela ce n’est pas nous exonérer par une spiritualité vague ou quelconque de cet engagement nécessaire au nom du Christ et de son salut.
C’est ce que nous avons entendu dans la lettre de st Paul, c’est pour les croyants et les non croyants, c’est pour les juifs et les païens, c’est pour tous, ce n’est pas pour quelques uns seulement,tout le monde est appelé, concerné, alors prendre sa place dans l’Église c’est bon pour chacun : ministres ordonnés, baptisés, ministres laïcs car je crois que la responsabilité dans une équipe d’animation pastorale par exemple c’est de l’ordre d’un ministère du service de la communauté, au service de tous, alors tout à l’heure nous allons accueillir deux nouveaux membres : Damien et Stéphane ils sont ministres au service de l’assemblée, au service de l’Église parce -ce qu’ils sont pleinement membres et c’est cela justement qui est beau, qui a du sens et qui fait partie du fruit, le fruit toutes ses feuilles sont là parce -que notre trajectoire est immense alors justement de les recevoir officiellement dans cette liturgie et de prier pour eux et avec eux pour qu’ils puissent être fidèles à leur mission et vivre cette mission pour le bien de tous.
Je crois qu’il est important de prendre un petit instant à partir d’une petite feuille que l’on vous distribue qui est toute simple, de choisir en cochant des lieux de ressourcements en ce temps de carême dans notre doyenné, pour faire le point.
Le ressourcement est nécessaire pour que nos engagements au service du monde et de nos frères soient ajustés, aient du sens,portent des fruits et que nous puissions prendre aussi notre place en Eglise.

P. Laurent Maurin, doyen du Grand Angoulême

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.




-