Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
https://angouleme.catholique.fr/Homelie-du-dimanche-14-juillet-15eme-dimanche-du-TO-C
            Homélie du dimanche 14 juillet : 15ème dimanche du TO C

Homélie du dimanche 14 juillet : 15ème dimanche du TO C

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • réagir
  • 0 vote



Ce ne sont pas les autres qui se font proches de moi pour que je les aime, mais moi qui me fait proche des autres par amour pour eux.


Aimer son prochain est une chose. C’est ce qui est demandé dans la Loi : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu et ton prochain comme toi-même. » C’est une chose belle et bonne, qui ouvre à la joie du don et du service, une chose qu’a bien retenu le docteur de la Loi et que nous approuvons des deux mains. Mais la parole de Jésus nous amène ailleurs : non pas aimer son prochain, mais devenir le prochain, se faire le prochain de quelqu’un. « Lequel des trois, à ton avis, a été le prochain de l’homme tombé aux mains des bandits ? » Petit renversement de point de vue. Je ne suis plus le centre de ceux que je regarde comme des prochains autour de moi, c’est moi qui devient le prochain de ceux qui sont au centre de mon attention. Ce ne sont pas les autres qui se font proches de moi pour que je les aime, mais moi qui me fait proche des autres par amour pour eux. Attitude du Samaritain de la parabole. Attitude certainement désarçonnante pour un docteur de la Loi qui, on l’imagine, pense les choses à partir des enseignements qu’il a reçu et de la pratique juste qu’il cherche à vivre. Attitude fondamentale de Dieu qui, en Jésus Christ, se fait le prochain de tout homme, « ne gardant pas son rang divin mais s’anéantissant pour devenir en tout semblable à nous » et nous rejoindre dans notre humanité. Et si nous trouvons là l’attitude de Dieu, il nous faut croire que c’est aussi ce que nous sommes invités à vivre. Non pas par obéissance à une Loi extérieure à nous-mêmes ou par mimétisme, mais parce que nous pouvons trouver là le secret de l’aboutissement de notre vocation et de notre bonheur, l’image de Dieu à laquelle nous avons été créés.
Peut-être pouvons-nous trouver là, aussi, une piste pour repenser la mission de l’Église et sa posture dans le monde. Quand le pape invite à « aller aux périphéries », peut-être est-ce pour commencer à nous décentrer, à quitter le centre, à quitter un imaginaire qui mettrait l’Église au centre du monde, se prenant pour la référence vers laquelle se tourner. Sortir de cette attitude auto-centrée, dans laquelle on veut que les gens « reviennent à l’Église », pour se faire proche. Laisser au centre l’Homme et Dieu, dans l’intimité que Dieu connaît de l’Homme, et ce faire proche de ceux qui sont loin. Non pas pour les ramener à un « centre » rassurant, mais pour les mettre, eux, au centre de toute l’attention, de tout l’amour, de toute la joie.
L’éloignement peut être de toute sortes, et bien de ceux qui se disent loin sont en fait proches, autant que de gens qui se pensent proches peuvent être loin. La question est celle de l’attitude, de la posture que nous pouvons prendre, pour mettre l’autre au centre, qui que soit cet autre.
Arthur, ce matin, c’est toi qui es au centre. Tu seras au centre de notre assemblée tout à l’heure. Tu es au centre de notre prière. Tu es au centre de l’action même de Dieu, puisque c’est Lui, Dieu, qui se fait proche de toi par le bain de l’eau vive, par l’onction d’huile sainte. Grâce à toi, Arthur, et à l’action de Dieu en toi, nous comprenons concrètement ce que veut dire cette « mise au centre » de l’autre, et cette invitation à se faire proche. Dieu se fait ton prochain, comme le prochain de chacun de nous. Mystère de proximité. Mystère de fraternité. Arthur, par le baptême du deviens frère de Jésus Christ et notre frère, nous rappelant tous à une réelle vie fraternelle, de proximité.
Et ce baptême, le tien et celui que nous avons reçu, nous engage. Il nous engage à vivre cette dynamique de Dieu avec l’homme, cette sortie de nous-mêmes comme Lui est sorti de Lui-même. Ce baptême nous engage à prendre la route de ce Samaritain, la route de l’homme, la route de l’humanité. Pour voir en l’autre, en chacun, en ceux dont nous pouvons nous faire proche, des frères et des sœurs à aimer.
Quand Jésus veut expliquer la Loi au docteur de la Loi qui le questionne, il renvoie le savant à cette fraternité. Peut-être est-elle, cette fraternité, le cœur même de la Loi divine. Cette Loi qui n’est pas d’abord une liste de prescriptions auxquelles obéir pour être dans le droit chemin, mais une invitation divine, qui cours telle une source au plus profond de nous-mêmes, à nous faire le prochain de ceux que nous croisons. « Cette loi n’est pas au-dessus de tes forces ni hors de ton atteinte, elle n’est pas dans les cieux ou au-delà des mers pour que tu dises ‘qui nous la fera entendre pour que nous la mettions en pratique’. Elle est tout près de toi, cette Loi, cette Parole, elle est dans ta bouche et dans ton cœur. » Et elle est « parfait, elle redonne vie, elle rend sage les simples », continue le psaume. Réjouissant ceux qui la mettent en pratique. Cette Loi, elle est le Christ Lui-même, Bon Samaritain de notre humanité, et par qui « tout lui est enfin réconcilié, faisant la paix pour tous les êtres sur la terre et dans le ciel. »
Par notre baptême, réveillé ce matin par celui d’Arthur, soyons des amoureux et des pratiquants de cette Loi d’amour qui trouve en tout autre un visage de l’Autre, visage d’humanité, à mettre au centre de nos préoccupations, de nos soins et de notre bienveillance. Voilà qui sera prophétique pour notre monde trop souvent apeuré par l’autre différent. Au docteur de la Loi, Jésus répond en l’invitant à l’action : « Va, et toi aussi, fais de même. » Que cette invitation nous rejoigne et nous fasse grandir, dans l’amour et dans la joie, dans une fraternité que rien, à cause de Jésus Christ, ne pourra jamais plus arrêter.
Amen.

P. Benoît Lecomte

Livre du Deutéronome 30,10-14.

Moïse disait au peuple : « Écoute la voix du Seigneur ton Dieu, en observant ses commandements et ses décrets inscrits dans ce livre de la Loi, et reviens au Seigneur ton Dieu de tout ton cœur et de toute ton âme. Car cette loi que je te prescris aujourd’hui n’est pas au-dessus de tes forces ni hors de ton atteinte. Elle n’est pas dans les cieux, pour que tu dises : « Qui montera aux cieux nous la chercher ? Qui nous la fera entendre, afin que nous la mettions en pratique ? » Elle n’est pas au-delà des mers, pour que tu dises : “Qui se rendra au-delà des mers nous la chercher ? Qui nous la fera entendre, afin que nous la mettions en pratique ?” Elle est tout près de toi, cette Parole, elle est dans ta bouche et dans ton cœur, afin que tu la mettes en pratique. »

Psaume 18

La loi du Seigneur est parfaite,
qui redonne vie ;
la charte du Seigneur est sûre,
qui rend sages les simples.

Les préceptes du Seigneur sont droits,
ils réjouissent le cœur ;
le commandement du Seigneur est limpide,
il clarifie le regard.

La crainte qu’il inspire est pure,
elle est là pour toujours ;
les décisions du Seigneur sont justes
et vraiment équitables :

plus désirables que l’or,
qu’une masse d’or fin,
plus savoureuses que le miel
qui coule des rayons.

Lettre de saint Paul Apôtre aux Colossiens 1,15-20.

Le Christ est l’image du Dieu invisible, le premier-né, avant toute créature : en lui, tout fut créé, dans le ciel et sur la terre. Les êtres visibles et invisibles, Puissances, Principautés, Souverainetés, Dominations, tout est créé par lui et pour lui. Il est avant toute chose, et tout subsiste en lui.
Il est aussi la tête du corps, la tête de l’Église : c’est lui le commencement, le premier-né d’entre les morts, afin qu’il ait en tout la primauté. Car Dieu a jugé bon qu’habite en lui toute plénitude et que tout, par le Christ, lui soit enfin réconcilié, faisant la paix par le sang de sa Croix, la paix pour tous les êtres sur la terre et dans le ciel.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 10,25-37.


En ce temps-là, voici qu’un docteur de la Loi se leva et mit Jésus à l’épreuve en disant : « Maître, que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle ? » Jésus lui demanda : « Dans la Loi, qu’y a-t-il d’écrit ? Et comment lis-tu ? » L’autre répondit : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de toute ton intelligence, et ton prochain comme toi-même. » Jésus lui dit : « Tu as répondu correctement. Fais ainsi et tu vivras. » Mais lui, voulant se justifier, dit à Jésus : « Et qui est mon prochain ? » Jésus reprit la parole : « Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho, et il tomba sur des bandits ; ceux-ci, après l’avoir dépouillé et roué de coups, s’en allèrent, le laissant à moitié mort. Par hasard, un prêtre descendait par ce chemin ; il le vit et passa de l’autre côté. De même un lévite arriva à cet endroit ; il le vit et passa de l’autre côté. Mais un Samaritain, qui était en route, arriva près de lui ; il le vit et fut saisi de compassion. Il s’approcha, et pansa ses blessures en y versant de l’huile et du vin ; puis il le chargea sur sa propre monture, le conduisit dans une auberge et prit soin de lui. Le lendemain, il sortit deux pièces d’argent, et les donna à l’aubergiste, en lui disant : “Prends soin de lui ; tout ce que tu auras dépensé en plus, je te le rendrai quand je repasserai.” Lequel des trois, à ton avis, a été le prochain de l’homme tombé aux mains des bandits ? » Le docteur de la Loi répondit : « Celui qui a fait preuve de pitié envers lui. » Jésus lui dit : « Va, et toi aussi, fais de même. »

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Contact

adresse Paroisse Ma Campagne - Puymoyen
2, bld Jean Moulin
16000 Angoulême
+335 45 61 15 04
paroissemacampagne chez orange.fr
Accueil à la paroisse les mardis et vendredis de 16h30 à 18h30

Contact

adresse Paroisse Saint Jean-Baptiste
28 rue Pierre Aumaître
16000 Angoulême
+336 09 78 55 52
Paroisse Saint Jean-Baptiste
Accueil à la paroisse les mardis de 10h à 12h



-