Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
https://angouleme.catholique.fr/Homelie-du-dimanche-22-octobre-2017

Homélie du dimanche 22 octobre 2017

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • réagir
  • 0 vote

Annoncer l’évangile à tous les peuples, vivifier la foi, l’espérance et l’amour en faisant resplendir l’Homme créé à l’image de Dieu, ouvrir son cœur à tous ceux que Dieu habite et qu’il fait agir selon son projet d’amour.


A l’invitation du pape François et de l’Église universelle, nous célébrons ce dimanche le « dimanche des missions », qui vient clore la semaine du même nom. A la suite de l’Evangile, notre évêque nous invite à être missionnaires. Je relis avec vous ce qu’il écrivait dans sa lettre pastorale de début d’année : « Le Seigneur a lié pour toujours l’état de baptisé à la mission. Le Pape nous dit que : « Dans tous les baptisés, du premier au dernier, agit la force sanctificatrice de l’Esprit qui incite à évangéliser... tout chrétien est missionnaire dans la mesure où il a rencontré l’amour de Dieu en Jésus Christ2 ». Tous les disciples sont appelés à devenir missionnaires et les missionnaires ont l’obligation d’être de plus en plus des disciples (le disciple suit Jésus, le missionnaire est envoyé). En vertu du baptême reçu, chaque membre du peuple de Dieu devient disciple missionnaire. Tout chrétien est missionnaire dans la mesure où il a rencontré l’amour de Dieu en Jésus Christ et qu’il devient sujet actif de l’évangélisation. Nous ne disons pas que nous sommes « disciples et missionnaires » mais toujours que nous sommes disciples-missionnaires. »
Voilà que ce dimanche n’est pas seulement le dimanche de quelques missionnaires partis au loin évangéliser des peuples, mais l’affaire de nous tous, à cause de notre baptême et de notre désir de suivre le Christ.
La Parole de Dieu ne semble pas rejoindre d’emblée la question de la mission… et la réponse de Jésus aux Pharisiens dans l’évangile a plutôt l’art de remettre chacun à sa place. Cette Parole vient pourtant éclairer notre vie de disciples-missionnaires.
La lettre de Paul aux Thessaloniciens nous enseigne sur ce qu’est le cœur de la mission : « une foi active, une charité qui se donne de la peine, une espérance qui tient bon », et surtout une « annonce de l’évangile qui n’est pas simple parole mais puissance, action de l’Esprit Saint ». Le tout dans une prière d’action de grâce pour ceux à qui il est envoyé. Voilà le mystère de la mission, son cœur et son but. Faire résonner la Parole de Dieu dans le cœur de chacun, vivifier la foi, l’amour et l’espérance dans notre monde. Paul répond à la question : « La mission, c’est quoi ? »
Le psaume nous ouvre sur les destinataires de cette mission. « La terre entière, tous les peuples, la famille des peuples, toutes les nations »… Chaque verset élargit nos perspectives à toute l’humanité. L’évangile « pour tout l’homme et pour tout homme », disait Paul VI. Non seulement pour toutes les nations, mais aussi pour toute notre épaisseur humaine. Toutes les dimensions de notre vie n’ont-elles pas soif de l’Evangile ? Toutes les dimensions de notre vie n’ont-elles pas toujours à se laisser convertir par la puissance de l’Esprit ? Et tous les hommes, de toutes les cultures et de toutes les nations, jusqu’à nos contemporains de Charente. Ce n’est pas pour rien que si, à une époque, des prêtres européens partaient en nombre dans d’autres pays, c’est nous aujourd’hui qui sommes heureux d’accueillir des prêtres étrangers ! Que toutes les nations chantent ta gloire, Seigneur !
Venons-en à la page d’évangile, qui semble un peu éloignée de notre méditation. Et regardons Jésus. Pour répondre aux pharisiens sur la question de l’impôt, il regarde de qui est l’image sur la pièce. L’image est de César, il faut rendre la pièce à César. Et à Dieu ? Que lui rendre alors, si ce n’est l’image de Dieu ? Et quelle est cette image de Dieu, si ce n’est l’Homme ? Voilà qui nous indique comment vivre la mission : en rendant l’Homme à la divinité, en lui redonnant son image divine. La gloire de Dieu, c’est l’homme vivant, disait Saint Irénée. Et si la mission se jouait d’abord dans notre capacité à rendre toute son humanité – et donc sa divinité – à l’Homme ? Par un amour inconditionnel, le respect de sa dignité, la vie de fraternité… Voilà les moyens que nous propose l’évangile pour vivre en disciples-missionnaires !
Reste le livre d’Isaïe. Lui vient répondre à une dernière question : qui est protagoniste de cette mission ? Nous répondrions volontiers rapidement : les chrétiens, bien sûr ! Mais le regard de Dieu est plus large. Voilà qu’il choisi un roi païen, Cyrus, pour remplir la mission de faire connaître la grandeur du Seigneur. Voilà que Dieu choisi un non croyant ou un mal croyant pour révéler au Peuple d’Israël et à toutes les nations la grandeur de son Nom ! Étrange renversement des rôles, ou du moins élargissement de nos façons de penser ! Grâce à Cyrus, « aucune porte ne restera fermée », dit le livre. Et tous ceux qui se laissent habiter le cœur par Dieu et répondent mystérieusement à son appel, même sans le connaître, deviennent les ambassadeurs de sa mission de salut.
Annoncer l’évangile à tous les peuples, vivifier la foi, l’espérance et l’amour en faisant resplendir l’Homme créé à l’image de Dieu, ouvrir son cœur à tous ceux que Dieu habite et qu’il fait agir selon son projet d’amour… belle Parole, aujourd’hui, qui vient renouveler notre vie baptismale en la nourrissant de sa nouveauté !
Alléluia !

P. Benoît Lecomte

En savoir plus

Vingt-neuvième dimanche du temps ordinaire

Livre d’Isaïe 45,1.4-6.
Ainsi parle le Seigneur à son messie, à Cyrus, qu’il a pris par la main pour lui soumettre les nations et désarmer les rois, pour lui ouvrir les portes à deux battants, car aucune porte ne restera fermée :
À cause de mon serviteur Jacob, d’Israël mon élu, je t’ai appelé par ton nom, je t’ai donné un titre, alors que tu ne me connaissais pas.
Je suis le Seigneur, il n’en est pas d’autre : hors moi, pas de Dieu. Je t’ai rendu puissant, alors que tu ne me connaissais pas,
pour que l’on sache, de l’orient à l’occident, qu’il n’y a rien en dehors de moi. Je suis le Seigneur, il n’en est pas d’autre :

Psaume 96(95),1a.3.4-5b.7-8a.9a.10ac.
Chantez au Seigneur un chant nouveau, chantez au Seigneur, terre entière,
racontez à tous les peuples sa gloire,
à toutes les nations ses merveilles !

Il est grand, le Seigneur, hautement loué,
redoutable au-dessus de tous les dieux :
Lui, le Seigneur, a fait les cieux :

Rendez au Seigneur, familles des peuples,
rendez au Seigneur la gloire et la puissance,
rendez au Seigneur la gloire de son nom.

Adorez le Seigneur, éblouissant de sainteté.
Allez dire aux nations : « Le Seigneur est roi ! »
Il gouverne les peuples avec droiture.

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Thessaloniciens 1,1-5b.

Paul, Silvain et Timohée, à l’Église de Thessalonique qui est en Dieu le Père et dans le Seigneur Jésus Christ. À vous, la grâce et la paix.
À tout moment, nous rendons grâce à Dieu au sujet de vous tous, en faisant mémoire de vous dans nos prières. Sans cesse,
nous nous souvenons que votre foi est active, que votre charité se donne de la peine, que votre espérance tient bon en notre Seigneur Jésus Christ, en présence de Dieu notre Père.
Nous le savons, frères bien-aimés de Dieu, vous avez été choisis par lui.
En effet, notre annonce de l’Évangile n’a pas été, chez vous, simple parole, mais puissance, action de l’Esprit Saint, pleine certitude : vous savez comment nous nous sommes comportés chez vous pour votre bien.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 22,15-21.
Alors les pharisiens allèrent tenir conseil pour prendre Jésus au piège en le faisant parler.
Ils lui envoient leurs disciples, accompagnés des partisans d’Hérode : « Maître, lui disent-ils, nous le savons : tu es toujours vrai et tu enseignes le chemin de Dieu en vérité ; tu ne te laisses influencer par personne, car ce n’est pas selon l’apparence que tu considères les gens.
Alors, donne-nous ton avis : Est-il permis, oui ou non, de payer l’impôt à César, l’empereur ? »
Connaissant leur perversité, Jésus dit : « Hypocrites ! pourquoi voulez-vous me mettre à l’épreuve ?
Montrez-moi la monnaie de l’impôt. » Ils lui présentèrent une pièce d’un denier.
Il leur dit : « Cette effigie et cette inscription, de qui sont-elles ? »
Ils répondirent : « De César. » Alors il leur dit : « Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. »


- Lien vers la semaine missionnaire mondiale

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Contact

adresse Paroisse Ma Campagne - Puymoyen
2, bld Jean Moulin
16000 Angoulême
+335 45 61 15 04
paroissemacampagne chez orange.fr
Accueil à la paroisse les mardis et vendredis de 16h30 à 18h30

Contact

adresse Paroisse Saint Jean-Baptiste
28 rue Pierre Aumaître
16000 Angoulême
+336 09 78 55 52
Paroisse Saint Jean-Baptiste
Accueil à la paroisse les mardis de 10h à 12h



-