Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
https://angouleme.catholique.fr/Jesus-s-invite-a-notre-table

Jésus s’invite à notre table

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • réagir
  • 0 vote

DIMANCHE 3 NOVEMBRE 2019
31°dimanche du temps ordinaire, année C
Saint Luc 19,1-10


Le désir de voir Dieu, en Jésus.

C’est à « la table des pécheurs » (expression de Sainte Thérèse) que Jésus s’invite. A l’encontre de toutes les critiques, Jésus vient prendre son repas chez Zachée, collecteur d’impôts détesté de tous !

Comme Jésus veut demeurer chez Zachée, il veut aussi demeurer chez nous, en chacun de nous.
Que signifie « demeurer » ?
Demeurer signifie « habiter » . On parle de la demeure, de la maison d’habitation...
Demeurer signifie aussi, rester, s’établir chez quelqu’un, ou rester chez soi, ou encore persévérer dans ses décisions, dans ces projets etc...
Ici, dans cet évangile, on devine l’intention de Jésus : établir une rencontre essentielle avec Zachée, une rencontre qui va transformer la vie de Zachée. Dans nos vies il y a des rencontres qui nous bouleversent, qui nous encouragent, qui nous soutiennent, qui nous engagent ! Ce sont les rencontres où l’amitié se donne gratuitement, où l’amour s’échange généreusement, où le respect des différences s’expriment librement.
Zachée a vraiment le désir de voir Jésus. Son désir n’est pas une simple curiosité. C’est un désir de rencontre, car il a bien entendu parler du Messie, de l’envoyé de Dieu qu’est Jésus !
Quant à nous, quel est notre désir ? Lorsque nous venons à la messe ? Lorsque, dans le secret de notre cœur, nous prions ? Lorsque nous nous rendons attentifs aux autres ? Quel est notre désir ?
Sainte Thérèse nous donne sa réponse : « j’ai toujours désiré être une sainte.. » Faisons nôtre ce désir, au lendemain de la Toussaint.
Faisons du récit des Béatitudes en St.Matthieu 5,1-12a, notre chemin de perfection, de sainteté comme l’écrit le Pape François dan son Exhortation Apostolqiue Gaudété et Exsultaté . Par exemple, lorsqu’il commente la béatitude « heureux les pauvres... »( § 67...) « L’Évangile nous invite à reconnaître la vérité de notre cœur, pour savoir où nous plaçons la sécurité de notre vie. En général, le riche se sent en sécurité avec ses richesses, et il croit que lorsqu’elles sont menacées, tout le sens de sa vie s’effondre …/... les richesses ne te garantissent rien. Qui plus est, quand le cœur se sent riche, il est tellement satisfait de lui-même qu’il n’y a plus de place pour la Parole de Dieu, pour aimer les frères ni pour jouir des choses les plus importantes de la vie. Il se prive ainsi de plus grands biens. C’est pourquoi Jésus déclare heureux les pauvres en esprit, ceux qui ont le cœur pauvre, où le Seigneur peut entrer avec sa nouveauté constante. … /...c’est cela la sainteté. »
Ce texte du pape François nous introduit magnifiquement dans l’approfondissement de l’Évangile de ce dimanche, avec Zachée.

La conversion de Zachée.

La rencontre de Jésus avec Zachée produit chez ce collecteur d’impôt :
• Un regard différent sur les choses, sur les biens terrestres et sur les autres : l’argent qui pour Zachée était jusqu’alors le plus important perd de son intérêt : » vois, Seigneur : je fais don aux pauvres de la moitié de mes biens. Il comprend le sens du partage : « je vais donner la moitié de mes biens aux pauvres... si j’ai fais du tort à quelqu’un je lui rendrai le centuple.. »
Un regard différent sur lui-même : jusqu’à présent il était satisfait de lui-même. Maintenant il se reconnaît pécheur, avec aussi la joie de se savoir pardonné, puisque Jésus vient demeurer chez lui et partager le repas .

Un regard différent sur Jésus. Il voulait voir Jésus qui passait par là, mais sans être vu. Il a peur du regard des autres. Jésus le libère. Il reconnaît alors que Jésus est plus Sauveur, que lui n’est pécheur.
• Cette rencontre change le cœur et la vie de Zachée.
• Il peut en être ainsi pour nous, à la mesure de notre humilité. Comme Zachée, descendons de notre arbre, « de notre cheval d’orgueil ». revêtons-nous du manteau de l’humilité, de la joie du pardon, de l’amour de miséricorde divine qui nous enlace, nous transforme, nous transfigure.
• A notre tour, et comme Jésus, prenons le chemin de la rencontre qui nous invite à accueillir les autres comme ils sont, sans jugement qui enferme, qui exclue, qui tue !...
Ouvrons toute grande la porte de notre cœur, de notre vie, à Jésus qui veut demeurer chez nous, en nous.

Et prions :

« Ô Seigneur,
je ne suis pas digne
de te recevoir,
mais dis seulement une parole
et je serai guéri. »

« Ô Seigneur, guéris-nous,
ô Seigneur sauve-nous,
Donne-nous la paix.

Le cœur lourd
de nos refus d’aimer.
Nous venons vers Toi, Seigneur.

Quand nos pas s’égarent loin de Toi,
quand se ferme notre cœur.

Tu es là au creux de notre vie,
mais nos yeux sont aveuglés.

Ô Seigneur,
guéris-nous,
ô Seigneur sauve-nous,
donne-nous la paix. » (G 138)

En fraternelle communion, Frère Henri Revéreau
missionnaire de Sainte Thérèse

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

adresse Paroisse Segonzac
1 rue Jean d’Hermy
16130 Segonzac
+335 45 83 40 07
paroisse.segonzac chez orange.fr


Dans l'Eglise

Nouvelles du Vatican

Ecouter Radio RCF Charente

KTO

Eglise catholique en France

Agenda


Relais de la Paroisse


Equipe du deuil

Equipe EAP

Doyenné Ouest-Charente et ses 3 secteurs


-