Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
https://angouleme.catholique.fr/La-cagouille-et-le-jeu-de-calebasse
      La cagouille et le jeu de calebasse

La cagouille et le jeu de calebasse

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • réagir
  • 0 vote
  • la cagouille et le jeu de (...) - (mp3 - 5.3 Mo) Télécharger

Clovis venait à peine de chasser les Wisigoths d’Aquitaine que les Francs d’Angoumois se plaignaient d’une nouvelle invasion.

Par colonnes entières les escargots traversaient la Charente où ils s’arrêtaient très souvent n’importe où. Ils se ravitaillaient dans les champs et mangeaient les feuilles tendres des radis et des salades.

La population était très agacée et les dénonciations allaient bon train. On ne voyait en eux que rapine et grivèlerie, et le garde champêtre fut missionné pour leur faire la chasse dès qu’ils s’installaient quelque part.

Les Charentais prirent l’habitude de les appeler « les gens du voyage » compte tenu que ces animaux transportaient leur habitation sur leur dos.

Il faut dire que la population n’avait pas grand moral car son équipe de calebasse enchaînait défaite sur défaite. Un jeune druide nommé Magelix, juste sorti d’apprentissage, venait de prendre ses fonctions depuis un an à Engolesme, et sa potion ne donnait pas les mêmes effets que celle que son prédécesseur administrait aux joueurs les veilles de match. La sévère défaite enregistrée contre Médiolanum ce dimanche avait déclenché la colère, car elle venait après de cuisantes raclées reçues contre Limogum et Aginum. La fronde montait et le jeune druide dut avouer qu’il avait tout essayé, y compris le lait de crapaud et le venin de serpent pourtant réputés. Il ne savait pas quel ingrédient il pouvait ajouter pour donner à sa potion l’effet magique qui avait permis à l’équipe de briller les années précédentes.

Aussi fut-il décidé de l’envoyer faire un stage de druide à Lutèce.

Là-bas, un vieux druide très expérimenté, sous couvert du plus grand secret, lui dévoila la recette de la potion qui fait gagner au jeu de calebasse. Tout ce qu’il mettait dans la marmite était bien mais il fallait remplacer les deux verres de cervoises qu’il ajoutait pour donner du goût, par un petit verre de bave d’escargot qui avait « moult grande vertu ». Ce serait moins goûteux mais bien plus efficace pour courir plus vite après la calebasse.

Magelix était bien ennuyé quand il revint à Engolesme car il connaissait l’aversion des braves gens pour les cagouilles. Pourtant, il devait pouvoir assurer son approvisionnement. Et pas question de faire part de la composition de la potion, les druides prêtant serment de ne pas divulguer leurs recettes.

Il alla, le soir même, discrètement discuter au campement d’escargots qui s’était installé sous les remparts et en profita pour faire sa provision de bave. Le lendemain, veille du match qui devait voir l’équipe locale affronter celle redoutable de Burdigala , la grande bourgade située au bord de la Gironde, il expliqua au peuple d’Engolesme rassemblé pour l’hommage hebdomadaire à la fée Mélusine, elle-même grande voyageuse, que les gens du voyage sont les bienvenus et que si leurs habitudes de vie sont différentes puisqu’ils transportent leur habitation avec eux, ils sont dignes de respect et ont le droit de séjourner sur la terre charentaise.

La foule grondait et il eut bien du mal à faire admettre que l’enrichissement de la contrée pouvait provenir de l’accueil des gens et animaux de passage. La population avait la tête ailleurs, préoccupée par l’affrontement du lendemain. Il fit promettre que si l’équipe d’Engolesme gagnait, les Charentais devraient désormais accueillir les « gens du voyage » avec dignité et respect. Le peuple promit unanimement tant la perspective d’une victoire, pourtant improbable, l’enthousiasmait.

Le druide fit alors venir la marmite qu’il avait préparée et les quinze joueurs de calebasse avalèrent la potion, non sans faire de grimaces compte tenu de l’absence de cervoise.

Le lendemain, l’équipe d’Engolesme remporta une victoire éclatante sur celle de Burdigala. Le druide rappela au public sa promesse et désormais les « gens du voyage » furent respectés et accueillis convenablement.

Le jeune druide put aller faire chaque semaine sa quête de bave d’escargot et l’équipe de calebasse enchaîna victoire sur victoire. Quand vint l’heure de désigner un animal, emblème de la Charente, c’est tout naturellement que le peuple accepta sa proposition de choisir la cagouille.

Jean Paul Tourvieille
http://www.tourvieilleauteur.fr/

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans l'Eglise

Nouvelles du Vatican

Ecouter RCF Charente

KTO

Eglise catholique en France

Logo MessesInfo

Les doyennés et paroisses


Agenda


-