Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
https://angouleme.catholique.fr/La-foi-fait-elle-grandir-notre-humanite

"La foi fait-elle grandir notre humanité ?"

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • réagir
  • 0 vote


La Fraternité Anne-Marie Martel vous invite à échanger sur le thème de la foi à partir de l’homélie du P. Benoit Lecomte du dimanche 6 octobre 2019 :
Mercredi 4 décembre à 17h30 à la paroisse de Ma Campagne


« Augmente en nous la foi ! »

C’est au contact de ton prochain et de celui dont tu te fais proche, que ta foi grandira. Que la vie jaillira. Que l’espérance trouvera une nourriture solide et réconfortante.

Il y a quelques jours, lors d’une rencontre d’inscriptions des collégiens à l’aumônerie, une maman partageait avec d’autres sa honte de son peu de foi. A plusieurs reprises, lors de l’échange entre parents, elle s’est excusée de ne pas croire, ou de ne pas croire assez. Retour ligne automatique
Dans la simplicité de son expression, que cette femme nous ressemble tant ! Combien de fois comparons-nous notre foi à celle des autres, à celle des paroissiens plus engagés ou plus priants, avec celle du curé ou de l’évêque, établissant ainsi comme des « niveaux » de foi, de degrés ou des catégories. Combien de fois ai-je entendu des gens dire qu’ils n’avaient pas assez la foi pour participer à telle ou telle proposition faite par la paroisse ou par l’Église. Retour ligne automatique
Mais il n’y a pas d’appareil qui sache mesurer la foi des gens. Qui vous dit que, vous parlant ce matin, je ne suis pas davantage dans une période de doute que bon nombre d’entre vous ? Qui vous dit que votre voisin, apparemment abîmé dans la prière, ne se pose pas davantage de question que vous ? Qui vous dit que certains qui ne mettent pas les pieds à l’église ne sont pas portés, et peut-être davantage que nous, par un regard et un élan d’espérance en l’homme et en l’humanité ? La foi est une aventure qui se vit dans le secret du cœur de chacun. Une aventure de confiance (la même étymologie que le mot « foi » : fides) qui n’assure rien, fluctue, grandit, disparaît puis revient…

« Augmente en nous la foi », demandent les apôtres. Et Jésus de répondre : « Si vous aviez de la foi, gros comme une graine de moutarde, vous auriez dit à l’arbre que voici : ‘déracine-toi et va te planter dans la mer’, et il vous aurait obéi. » Autrement dit, on n’a pas la foi. La foi n’est pas une chose, un objet que l’on pourrait posséder. Elle n’est pas un ballon de baudruche qui se gonfle et se dégonfle au fil du temps. Ni une voiture plus ou moins grosse et confortable dans laquelle on monte pour prendre la route. Elle n’est pas un paquet tout ficelé que l’on reçoit au baptême et qu’il nous faudrait garder le plus précieusement possible sans l’abîmer. On ne possède pas la foi, comme on ne possède pas une amitié ou une relation. Elle est sans cesse à recevoir, à accueillir, à nourrir, à éprouver.
« Bien aimé, ravive en toi le don gratuit de Dieu », ce don qui est en toi depuis que je t’ai imposé les mains – cette imposition des mains que tu as reçu, déjà, au jour de ton baptême, ce don que tu reçois à chaque fois que tu vis un sacrement : dans la réconciliation, dans l’eucharistie au moment de la prière sur le peuple, à l’ordination, au jour de ton mariage… « Car ce n’est pas un esprit de peur que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d’amour et de pondération. » La foi est ce don, personnel et communautaire, qui nous fait vivre peut-être autrement et nous engager dans toutes nos relations et dans le monde, avec ce regard d’espérance et d’optimisme, car porté par le regard de Dieu, le regard de l’Amour.
Pour être au service de l’Homme. C’est ainsi que continue l’évangile : sitôt une question sur la foi, c’est la dimension du service que Jésus fait apparaître. Tu veux que ta foi grandisse ? Semble-t-il dire aux apôtres, entre dans la dimension du service de l’Homme. Non pas dans l’humiliation, le rabaissement, l’esclavage, ou de je ne sais quelle réalité dégradante et dévalorisante (et que l’on entend parfois sous le terme de « service »), mais dans une relation de service de chacun et de tous. « N’aie pas honte de rendre témoignage à notre Seigneur », disait pour sa part Saint Paul, « avec la force de Dieu, prends ta part des souffrances liées à l’annonce de l’Evangile. » Non pas qu’il nous faille chercher quelque souffrance à vivre, non, surtout pas ! Saint Paul nous invite simplement à vivre notre quotidien en sachant nous regarder les uns les autres, en nous mettant à la place de l’autre, en nous accueillant les uns les autres, en entrant dans cette dimension du témoignage qui n’est pas celui des paroles, des discours et des homélies, mais celui de l’action, de la présence, du coup de main, de la proximité, de l’attention. C’est là, au contact de ton prochain et de celui dont tu te fais proche, que ta foi grandira. Que la vie jaillira. Que l’espérance trouvera une nourriture solide et réconfortante.
Au moment où tant de voix, notamment d’Église, se lèvent pour prendre position dans les débats de société qui agitent notre pays, je voudrais tant que l’Église, et donc nous-mêmes, n’oubliions pas d’être non pas d’abord des donneurs de leçons – tous les avis étant bons à exprimer et les convictions étant nécessaires pour construire ensemble une société – mais que nous soyons d’abord des témoins en actes de l’amour de Dieu, une présence auprès de ceux qui en ont le plus besoin, à l’écoute de ceux qui sont silencieux. Proches de ces couples qui souffrent de ne pas avoir d’enfants, de ces personnes qui doivent les élever seules, et de ces enfants qui souffrent de ne pas avoir de parents. Elle est là, me semble-t-il, la première et la plus grande expression de notre foi, celle qui pourra grandir et augmenter. Celle qui peut faire des miracles, bien davantage que toutes les incantations. Et puisque nous entrons dans l’année diocésaine et dans le mois extraordinaire de la mission, citons une phrase du pape François, reprise dans la Lettre Pastorale que nous propose notre évêque pour cette année : « Jésus veut des évangélisateurs qui annoncent la Bonne Nouvelle non seulement avec des paroles, mais surtout avec leur vie transfigurée par la présence de Dieu » (EG 259). La foi, comme la mission, dirait le pape, n’est pas une réalité en plus de mon humanité, elle est moi, et elle grandira à mesure que je grandirais – que nous grandirons – en humanité.
Alors, Seigneur, à notre tour nous te prions : « augmente en nous la foi ! » Fait nous grandir, ensemble, en cette humanité crée à ton image, aide-nous à devenir toujours davantage nous-mêmes, des hommes et des femmes responsables, heureux de vivre ensemble et rayonnants de ton Amour !
Amen.
P. Benoît Lecomte

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Contact

adresse Paroisse Ma Campagne - Puymoyen
2, bld Jean Moulin
16000 Angoulême
+335 45 61 15 04
paroisse.macampagne chez dio16.fr
Accueil à la paroisse les mardis et vendredis de 16h30 à 18h30

Contact

adresse Paroisse Saint Jean-Baptiste
28 rue Pierre Aumaître
16000 Angoulême
+336 09 78 55 52
paroisse.saintjeanbaptiste chez dio16.fr
Accueil à la paroisse les mardis de 10h à 12h



-