Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
https://angouleme.catholique.fr/La-legende-de-la-bande-dessinee-d-Angouleme
      La légende de la bande dessinée d’Angoulême

La légende de la bande dessinée d’Angoulême

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • réagir
  • 0 vote
  • la legende de la bande (...) - (mp3 - 7.4 Mo) Télécharger

Hildebald s’inquiétait. L’ambiance aux Carrières de Chazelles s’était dégradée et le maître carrier craignait que la production de pierres ne s’en ressente.
Les Compagnons avaient fort à faire depuis maintenant deux ans que le chantier de la cathédrale d’Angoulême était dans sa phase terminale.
L’évêque Girard II avait ordonné en 1110 la construction d’un édifice de nature à attirer la considération des ducs d’Aquitaine. Impossible de se contenter de l’église aux dimensions réduites consacrée en 1015 par Grimoard de Mussidan, alors évêque du lieu. Une vaste cathédrale serait construite sur le même emplacement, près des remparts de la ville.
Angoulême était bâtie sur un éperon rocheux composé d’un plateau calcaire qui offrait de très belles pierres aux bâtisseurs.
La grande nef et le transept avait été édifiés avec les pierres extraites des flancs du plateau. Cela avait pris huit années. Mais, depuis l’an 1118, il était fait appel aux carrières de Chazelles.
-  Y’en a marre. Ils nous prennent pour des moins que rien à nous faire trimer comme ça.
Hildebald répliqua :
-  Qu’as-tu à te plaindre Arnaud ? Tes compagnons et toi recevez double ration, et avez un jour de repos par semaine. Girard II a choisi la pierre de Chazelles pour embellir la façade car elle est plus facile à travailler pour les sculpteurs grâce à son grain très fin. Elle est tendre à l’extraction et se durcit en séchant.
Arnaud, Baudoin et Eudes étaient affairés devant une grande paroi de roche sédimentaire.
-  Maître Hildebald, est-ce vrai ce qu’on raconte sur les sculpteurs qui viendraient de Toulouse pour orner la façade de la cathédrale ?
-  Je sais que les travaux de la basilique Saint Sernin à Toulouse viennent de se terminer. Il ne serait donc pas surprenant de faire appel à des sculpteurs toulousains.
Baudoin posa son pic.
-  Eh bien si c’est comme ça, moi j’arrête et je rentre à la ferme ! Et je vous invite à faire pareil mes compagnons car on nous méprise.
Le maître carrier connaissait Baudoin. Il fallait vite endiguer ses initiatives.
-  Qu’est qu’il te prend Baudoin ? La pierre de Chazelles est indispensable !
-  Oui maître carrier, mais les hommes ne le sont pas puisqu’on se croit obligé de faire venir des Toulousains.
-  C’est vrai ça, renchérit Arnaud, nous savons très bien sculpter et on nous traite comme de simples tailleurs. Nous ne sommes pas que des travailleurs de force, nous sommes aussi des artistes.
Hildebald comprit que les compagnons n’étaient pas contrariés par la charge de travail. En fait ils étaient vexés car ils ne supportaient plus que leur travail se résume à l’extraction des pierres. Ils voulaient aussi la sculpter. Il fallait réagir vite.
-  Ecoutez compagnons, je vais aller voir l’Évêque Girard. Je m’absente trois jours et on se retrouve dimanche prochain pour un grand banquet auquel je convie contre-maîtres, compagnons et apprentis.
Arnaud, Baudoin et Eudes se regardèrent. Ils hésitaient.
Eudes n’avait rien dit jusque-là. Il savait que Bertille, son épouse, avait bien besoin de sa solde pour s’occuper des enfants et de la ferme. Grace aux commandes de la cathédrale, il avait remplacé le torchis des murs de la ferme par de la pierre et projetait d’acheter une paire de bœufs pour tirer la charrue.
-  D’accord maître, mais apportes nous de bonnes nouvelles, dimanche.
Hildebald partit pour la cité et obtint une audience auprès de son Excellence Girard II. Ce qu’il lui exposa laissa l’Évêque perplexe
-  Revenez me voir demain, j’ai une idée pour résoudre ce malaise mais je dois m’en entretenir avec mes architectes.
Le rendez-vous du lendemain se passa au mieux.
-  Je vais mettre à profit le banquet que vous organisez dimanche pour venir visiter les carrières et rencontrer vos compagnons, lui dit le prélat.
-  Vous nous feriez un tel honneur ?
-  Maître Hildebald, j’ai une proposition à faire à vos compagnons qui ont tant envie de montrer qu’ils ne sont pas seulement des hommes aux muscles bien taillés mais aussi des artistes aux mains habiles en sculpture.
Le prélat arriva assez tard ce dimanche matin malgré la brièveté inhabituelle de son sermon.
A la fin du repas, l’Évêque demanda le silence et regarda les compagnons.
-  J’ai entendu dire que vous saviez aussi sculpter cette belle pierre charentaise. Aussi ai-je une proposition à vous faire. J’ai fait venir des sculpteurs de Toulouse. Ils sont habitués aux décors bibliques et je leur ai commandé les anges, le Christ en gloire, et les douze apôtres. Mais je souhaite inscrire l’édifice dans l’actualité et j’ai une commande à vous faire. Je veux que nous rendions hommage à la récente victoire de l’armée chrétienne sur les sarrasins magnifiquement relatée dans la Chanson de Roland et particulièrement la prise de Saragosse. Votre ouvrage figurera juste au-dessus du tympan du grand portail d’entrée. Tout visiteur pourra le contempler.
L’Évêque prit congé, laissant les compagnons sidérés, mais ravis.
Hildebald leur raconta dans le détail la victoire de Saragosse dont ils ignoraient jusqu’à l’existence. Puis ils se répartirent le travail.
Arnaud voulu réaliser l’ensemble du décor de la frise ; Baudoin prit en charge le combat de chevaliers.

Quant à Eudes, il lui échut la tâche d’immortaliser le moment où Roland tranche le bras de Marsile, le roi musulman de Saragosse.

Deux ans plus tard les compagnons furent invités à la consécration de la cathédrale.

Bertille se tenait au bras d’Eudes devant la façade, fière de son mari. Thibaud venait d’avoir six ans et se cramponnait à la robe de sa maman.
-  Dis papa, c’est toi qui as fait ces beaux dessins sur la pierre ? On dirait que ça raconte une histoire.
-  Oui mon garçon. Tu vois, nous avons fait la première bande dessinée d’Angoulême.

Jean Paul TOURVIEILLE
http://www.tourvieilleauteur.fr/

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans l'Eglise

Nouvelles du Vatican

Ecouter RCF Charente

KTO

Eglise catholique en France

Logo MessesInfo

Les doyennés et paroisses


Agenda


-