Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
https://angouleme.catholique.fr/La-legende-du-cou-de-Jarnac
      La légende du cou de Jarnac

La légende du cou de Jarnac

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • réagir
  • 0 vote
  • la legende du cou de jarnac - (mp3 - 7.2 Mo) Télécharger

Cela faisait bientôt trois mois que l’armée de Clovis assiégeait la bourgade de Jarnac. Les Wisigoths résistaient mais on voyait bien qu’ils n’en pouvaient plus.
Après quatre siècles d’influence romaine, les Wisigoths avaient pris possession de la région en l’an 418 en application du traité conclu deux années plus tôt avec Honorius l’empereur romain d’occident qui avait préféré un mauvais accord qu’une guerre qui épuisait ses armées sur tous les fronts.
Et c’est précisément ce que vivaient les Wisigoths un siècle plus tard. Les Francs, menés par Clovis, leur menaient la vie dure et les repoussaient inexorablement vers l’Espagne. Ils avaient capitulé en Angoumois mais résistaient en Saintonge. Jarnac, situé entre les deux régions, était stratégique. Les Francs devaient impérativement prendre la bourgade pour s’ouvrir la route de l’océan à l’ouest et de la ville de Burdigala au sud.
Mais les choses trainaient en longueur. Les Wisigoths résistaient car ils savaient bien que Jarnac perdu, c’était la porte de l’Aquitaine qui s’ouvrait grande pour les Francs.
Impatient, Clovis envoya des espions dans la bourgade afin de connaître l’opinion des villageois. Paulin et Tancrède, récemment recrutés par l’armée franque, furent désignés parce qu’ils étaient originaires de la région. Ils traversèrent discrètement les lignes ennemies et pénétrèrent dans le village. Paulin se dirigea tout de suite vers le quai qui bordait la Charente. Il savait qu’il avait toute chance d’y rencontrer des amis d’enfance.
Effectivement il trouva Pierrick et Thibert en train de bricoler au bord de l’eau. Ils discutèrent longuement et rentrèrent vite au camp pour faire leur rapport à Clovis.
-  Chef, les habitants de Jarnac sont favorables aux Francs. Nous pouvons compter sur leur appui.
-  Très bien, mais vous ont-ils dit comment forcer les lignes ennemies ?
-  Non pas vraiment. Mais ils ont eu une idée qui nous permettrait de gagner en économisant beaucoup de sang.
Le lendemain Clovis fit savoir à Rodéric, le chef de l’armée wisigothe, qu’il souhaitait le rencontrer en lieu neutre.
Rendez-vous fut pris dans le champ du Père Georges à l’entrée de Jarnac où une tente allait être dressée. Clovis fit sa proposition :
-  Plutôt que de continuer à guerroyer pendant des semaines, je propose que Francs et Wisigoths s’affrontent dans le cadre d’une joute qui opposerait deux équipes à nos couleurs, comme le firent les Philistins et Israël. L’équipe vainqueur désignera le camp qui occupera la bourgade de Jarnac.
Rodéric lui rétorqua :
-  Mais nous ne savons pas manier la fronde comme David et Goliath !
-  Il ne s’agit pas de manier des armes de guerre. Je propose la joute que les jarnacais pratiquent lors de leur fête annuelle. Une corde est attachée entre les deux rives de la Charente et au milieu on suspend une oie par les pattes. Un bateau de chaque équipe passe sous la corde, sans s’arrêter, et un combattant, juché sur les épaules de ses compagnons, doit réussir à arracher la tête de l’oie en lui tordant le cou. Ni les Wisigoths ni les Francs n’ont pratiqué cette joute et nous serons donc à égalité.
Compte tenu de l’épuisement de ses troupes, Rodéric accepta et rendez-vous fut pris pour le lendemain. Les jeunes de la bourgade, habitués à mettre en place l’installation, tendirent la corde et préparèrent les oies.
Chaque équipe devait décapiter 3 oies. En cas d’égalité, des tentatives seraient faites jusqu’au premier échec.
L’équipe Franque débuta ; sa barque remonta le fleuve et se présenta au milieu du cours d’eau. Arrivé à quelques encablures de la corde, un équipier se hissa sur les épaules d’un autre, et ainsi de suite jusqu’au quatrième équipier pour être à bonne hauteur de l’oie. Arrivé sous la corde, il se cramponna au cou de l’oie et le tordit jusqu’à ce qu’il cède. Il brandit fièrement la tête de l’oie dans ses mains et l’embarcation regagna la rive sous les acclamations des guerriers francs massés sur la berge. Francs 1 Wisigoths 0. Les jeunes jarnacais installèrent une nouvelle oie pendue à la corde au milieu du fleuve. Le bateau Wisigoth s’élança. Son équipage eut le même succès. Francs 1 Wisigoths 1. Le second passage fut identique pour chaque équipe. Francs 2 Wisigoths 2. La troisième tentative s’annonçait déterminante. Les Francs réussirent. Francs 3, Wisigoths 2. La barque des Wisigoths s’élança. L’équipier attrapa le cou de l’oie. Sa main glissa. Dans une tentative désespérée, il saisit le cou de l’autre main, elle glissa aussi. Déséquilibré il chuta dans le fleuve.
Un grand Ooooooh s’éleva des rangs des Wisigoths. Rodéric reconnut la défaite et ordonna l’évacuation immédiate de la ville.
Clovis félicita son équipage.
-  Bravo, je suis fier de vous.
-  Chef, tu dois aussi être fier des jarnacais.
-  Pourquoi donc ?
-  Ils ont mis de la graisse sur le cou de la dernière oie
Voici donc la légende du cou de Jarnac.
Quant à ceux qui prétendent que, dix siècles plus tard, en 1547, le coup de Jarnac aurait été une botte secrète par laquelle Guy Chabot de St Gelais, Seigneur de Jarnac, aurait vaincu en duel le sire de la Chastaigneraie, représentant de François 1er, ce sont des historiens et non pas des écrivains de légendes !

Jean Paul Tourvieille
http://www.tourvieilleauteur.fr/

1 réaction


4 mai 14:21, par Clara Predesly

N’est-ce pas plutôt le "coup" de Jarnac ?

- Répondre à ce message


 

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans l'Eglise

Nouvelles du Vatican

Ecouter RCF Charente

KTO

Eglise catholique en France

Logo MessesInfo

Les doyennés et paroisses


Agenda


-