Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
https://angouleme.catholique.fr/Le-quart-d-heure-charentais
    Le quart d’heure charentais

Le quart d’heure charentais

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • réagir
  • 0 vote
  • Le quart d’heure charentais - (mp3 - 5 Mo) Télécharger

" - François, vous êtes encore en retard !
Le petit garçon se précipita vers sa mère et s’accrocha à ses jupes pour faire face au peuple.
En ce printemps 1498, la foule se pressait au pied du château comtal. Depuis que le bon comte Jean d’Angoulême avait fait agrandir l’imposante demeure, lors de son retour de captivité anglaise après les trente-trois années de son long exil, la tradition était bien établie.
Chaque dimanche à midi précis, le peuple de la bourgade d’Angoulême se rassemblait dans la cour de la demeure comtale et venait saluer la princesse Louise de Savoie et ses enfants. Voici déjà deux ans que Charles d’Orléans, Comte d’Angoulême, était décédé et Louise, mariée à douze ans, s’était retrouvée veuve à dix-neuf ans. Elle avait juste eu le temps de lui donner deux enfants. Quand François était né deux ans après sa sœur Marguerite, tous les habitants avaient été soulagés. La dynastie avait son héritier !
Le peuple rassemblé n’avait d’yeux que pour ce petit garçon qui, si jeune,avaitpris rang dans l’ordre de la succession et était devenu leur comte même si sa mère exerçait l’autorité vu son très jeune âge.
Et de l’autorité, elle en avait, n’hésitant pas à fustiger son fils, le jeune comte d’Angoulême, devant le peuple rassemblé. François retrouvait chaque dimanche matin ses amis, Geoffroy du Gond, Augustin de Polignac et Thibault d’Espagnac, et leurs jeux lui faisaient régulièrement oublier le moment de ce rendez-vous avec le peuple auquel il arrivait avec un quart d’heure de retard.
Ce soir d’avril 1498, le peuple festoyait et les discussions allaient bon train. Les matrones s’étaient rassemblées pendant que les hommes s’enivraient d’eau de vie et de raisin fermenté. La fronde montait contre Louise et les brimades dont elle affublait François en public, en raison de son retard.
Ne l’avait-on pas, encore ce matin, entendu dire :
- N’oubliez pas, François, que l’exactitude est la politesse des rois !
Les femmes décidèrent qu’il fallait en finir et préserver ce pauvre enfant des anathèmes de sa mère. Elles mirent au point un stratagème dès le dimanche suivant.
A douze heures précises, Louise de Savoie,accompagnée de sa fille Marguerite d’Angoulême, se présenta au balcon de la demeure comtale pour saluer le peuple de Charente. A sa grande surprise, elle ne vit personne dans la cour du logis.
Un quart d’heure plus tard, François arriva tout essoufflé en regardant sa mère avec crainte.
Et c’est alors que Louise vit les gens pénétrer dans la cour pour acclamer leur jeune comte.
Le même scénario se répéta chaque dimanche. La foule se présentait lorsque François faisait son apparition soit avec un quart d’heure de retard.
- Au bout de quelques semaines, Louise de Savoie interrogea Germaine, sa lingère.
- Pourquoi donc nos manants sont-ils toujours en retard ?
La servante, intimidée, n’osa lui répondre. Devant l’insistance de sa maîtresse elle finit par lui dire :
- Princesse, le peuple s’est mis à l’heure du comte.
Louise de Savoie s’emporta, vociférant contre ce peuple impoli.
Germaine lui déclara alors :
- Bien au contraire,ne soyez pas contrariée car cette attitude est un signe de grand respect pour votre fils. Ce quart d’heure de plus accordé par le peuple permet au jeune Comte d’être à l’heure pour le rendez-vous avec ses sujets. Comprenez Madame que ce quart d’heure charentais est la politesse du peuple.
Quand le comte d’Angoulême devint roi de France, il se souvint de cette délicatesse des Charentais à son égard et la légende dit que François 1er les encouragea à conserver cette pratique.
C’est pour cela qu’aujourd’hui encore, les réunions en Charente débutent toujours après « le quart d’heure charentais », par délicatesse pour les plus hautes autorités qui n’arriveraient pas à l’heure.
Certains pensent à tort qu’il s’agit de retard alors même que ce quart d’heure charentais est l’expression de la politesse du peuple."

Jean Paul Tourvieille
www.tourvieilleauteur.fr

Le quart d’heure charentais

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans l'Eglise

Nouvelles du Vatican

Ecouter RCF Charente

KTO

Eglise catholique en France

Logo MessesInfo

Les doyennés et paroisses


Agenda

Rendez-vous


-