Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
https://angouleme.catholique.fr/Les-legendes-de-la-Cornuelle
      Les légendes de la Cornuelle

Les légendes de la Cornuelle

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • réagir
  • 2 votes
  • les legendes de la cornuelle - (mp3 - 4.8 Mo) Télécharger

789, cette année est maudite ! Par une ordonnance du 23 mars l’empereur Charlemagne demanda que, dans tout l’Empire, des écoles soient créées pour enseigner aux garçons la lecture, l’écriture et le calcul.
J’ai entendu mes parents en discuter longuement le soir et je redoutais leur décision. J’avais huit ans à l’époque et je passais mes journées à jouer près du four à pain. Joseph, mon frère, venait d’avoir douze ans et mon père l’avait pris avec lui comme apprenti pour préparer la farine, malaxer la pâte et mettre en forme les pains avant la cuisson.
Ma mère voulait nous envoyer à l’école, mon père était contre. Il l’emporta pour Joseph.
- Seque o lé in grand homme, mon Jojo !
Ma mère insista considérant qu’il était important pour le boulanger du village de Villebois Lavalette d’avoir bonne réputation en montrant l’exemple d’une éducation pour ses enfants. Mon père capitula pour moi.
-D’accord pour le ptiot, o suffira bin pour l’qu’endira-t-on.
Et c’est comme ça que je me présentais à l’école le 3 septembre 789 alors que débutaient les moissons de maïs et de tournesol et que les drôles et les drôlesses couraient dans les champs.
Je compris très vite que je n’étais pas fait pour les études et le curé aussi d’ailleurs. Nous nous prîmes en grippe car seule l’astrologie m’intéressait mais je savais bien que mon amour des étoiles ne serait pas suffisant pour m’attirer les bonnes grâces de ce pauvre curé qui s’escrimait à me tirer de mes rêves, alors même que je regardais le ciel dont il parlait si souvent.
J’ai traîné trois ans comme ça, mais à Pâques de l’an 792 le curé crut mourir quand, à l’examen, il constata que j’avais écrit le théorème de « pitre à goret »et que j’avais confondu rectangle et triangle en voulant dessiner un triangle-rectangle. Il me mit un zéro etexplosa d’une saine colère en me rappelant qu’il s’agissait du théorème de Pythagore, qu’un rectangle était rectangulaire et qu’un triangle ne pouvait être que triangulaire, même s’il devait être un triangle-rectangle ! Il vint voir mes parents pour leur dire qu’il avait fait ce qu’il avait pu mais qu’il était préférable d’arrêter là. J’arrivais à compter jusqu’à trente et je lisais péniblement. L’essentiel était acquis.
Mon père, déjà malade, était content de voir de la main d’œuvre venir l’aider à la boulangerie et ma mère considéra que la famille avait suffisamment témoigné de son obéissance à Charlemagne.
Mon père mourut deux ans plus tard etJoseph et moi avons pris sa suite à la boulangerie.
Après les couronnes des rois de janvier, Joseph me dit qu’il fallait trouver une idée pour donner aux gens l’envie d’acheter des gâteaux pour les Rameaux, juste avant les œufs de Pâques. Je fis plusieurs essais et c’est alors que j’eu l’idée de me venger de mes déboires scolaires. Mon frère me laissa faire et je lui présentais un gâteau en forme de triangle avec un trou tout rond au milieu. Le triangle qui n’était pas rectangle, c’était pour me venger de Pythagore et le trou c’était pour faire la nique au curé et lui rappeler le zéro qu’il m’avait infligé.
Mais Jojo a eu l’idée géniale de présenter ce gâteau aux chrétiens en leur disant que les trois pointes du triangle représentaient la Trinité et aux coquins que le triangle était la forme du sexe de la femme avec le trou au milieu.
Moi je ne savais pas encore bien à quoi correspondait la Trinité et encore moins comment était fait le sexe d’une femme, mais les clients y trouvèrent chacun leur compte. Le gâteau connu un franc succès et ma pauvre mère se réjouit de voir notre réputation s’étendre jusqu’aux frontières de l’empire de notre bon Charlemagne.
C’est ainsi que depuis des siècles le succés de la cornuelle créée à Villebois Lavalette en Charente ne s’est jamais démenti comme ne furent jamais démenties non plus les légendes sur la signification de ce mystérieux gâteau.
Et moi, j’ai obtenu la meilleure note que je pouvais espérer grâce à Pythagore et au zéro qui m’avaient fait quitter l’école.

Jean Paul Tourvieille
www.tourvieilleauteur.fr

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans l'Eglise

Nouvelles du Vatican

Ecouter RCF Charente

KTO

Eglise catholique en France

Logo MessesInfo

Les doyennés et paroisses


Agenda


-