Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
https://angouleme.catholique.fr/Mardi-24-decembre-2019-Messe-de-la-nuit-de-Noel10836
          Mardi 24 décembre 2019 : Messe de la nuit de Noël

Mardi 24 décembre 2019 : Messe de la nuit de Noël

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • réagir
  • 0 vote

Dieu se fait homme par amour pour l’homme. Parce qu’il veut se faire connaître à l’homme, parce qu’il veut dire à l’homme qui il est vraiment.


Nous voilà rassemblés ce soir, si nombreux et d’horizons si différents ! Enfants, parents, grands-parents, de Charente et d’ailleurs, seuls ou en famille… nous, ici, et tant de millions de chrétiens, d’hommes et de femmes partout dans le monde, d’autres cultures, d’autres langues, d’autres traditions ! Tout le temps de l’Avent, à chaque messe, dans nos deux paroisses, nous avons commencé en prenant le temps de faire connaissance avec nos voisins. Nous n’allons pas le refaire ce soir, mais qu’il nous suffise de prendre conscience de toutes nos différences. Et pourtant, nous voilà réunis. Qu’êtes-vous donc allés voir ainsi ? Que sommes-nous venus voir ? Un bébé ! Un simple bébé. Un bébé qui sera représenté dans une crèche, mais que nous ne verrons même pas en vrai.
Mais alors, pourquoi nous déplacer, quitter peut-être la famille ou les amis restés à la maison ? Parce que ce bébé, cet enfant que nous sommes venus voir et célébrer, est la réponse à nos peurs et à nos tourments, parce qu’il est notre paix, notre lumière, la réalisation de notre espérance, parce qu’il est le signe d’un amour absolu, cet amour que nous cherchons de tout notre cœur.
Nous ressemblons à ce peuple dont parlait le prophète Isaïe : « Le peuple marchait dans les ténèbres, le joug pesait sur lui, la barre meurtrissait son épaule. » Et nous avons tant de motifs de nous plaindre et d’être inquiets ! Dans notre pays, dans le monde, dans nos vies professionnelles, sentimentales, familiales, spirituelles… L’avenir est incertain, les épreuves s’enchaînent parfois bien vite, les organisations, quelles qu’elles soient, pensent davantage à se maintenir qu’à être au service de l’épanouissement de chacun… Mais « Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière… ils se réjouissent comme on exulte au partage du butin. » Ce soir, nous participons également à cette joie, à cette allégresse, à cette fête !
« Un enfant nous est né. » Une annonce en cinq petits mots. Qui vient changer le cœur de l’homme. Une annonce qui vient redonner le sourire et l’espérance pour aujourd’hui et pour demain. Cinq petits mots. Un bébé. Un bébé dans une mangeoire, dehors, de nuit, avec quelques bergers et vagabonds autour de lui en guise de sages-femmes. La scène ne paie pas de mine. Mais là, dans le silence de la nuit, le cours du temps a été transformé. Notre vie, notre existence, est transformée.
Ce bébé est, étonnamment, mystérieusement, la manifestation de la présence de Dieu au milieu de nous. Au milieu d’un peuple, au milieu d’une histoire, au milieu de nos vies. Peut-être que le mot « Dieu » est un mot trop abstrait ou trop lourdement chargé de contre-sens pour l’utiliser ce soir… Traduisons-le en écoutant Saint Jean dans sa Lettre : « Dieu est Amour ». Ce soir, cette nuit, dans cette nuit, dans notre nuit, l’Amour s’est fait Homme. L’Amour est au milieu de nous. Dieu, l’Amour est avec toi.
« Le Seigneur soit avec vous ! », disons-nous à toutes nos messes, et l’on répond mécaniquement « et avec votre esprit. » Mais dire « Le Seigneur soit avec vous », c’est dire « Dieu est avec toi » ! C’est dire que tu n’es pas seul, et que tu es aimé ! Aimé infiniment, aimé inconditionnellement ! C’est dire que Dieu t’aime au-delà de tout amour, inlassablement. Pourquoi ? Pour rien. Ou plutôt pour tout : pour que tu vives. Pour que tu t’épanouisses, pour que tu deviennes toi-même, pour que tu sois bien dans tes relations. Pas pour t’éviter toutes les épreuves à traverser, ça non, Dieu ne le peut pas ! Mais il peut être avec toi, toujours, amoureusement. De cela, on ne peut pas s’habituer – parce que s’habituer n’est pas dans le vocabulaire du mystère de l’Amour.
En cette nuit, Dieu se fait homme. Mystère d’un amour qui va jusqu’au bout de ce qu’on ne peut pas imaginer, qui va jusqu’à se faire l’être aimé. Dieu se fait homme par amour pour l’homme. Parce qu’il veut se faire connaître à l’homme, parce qu’il veut dire à l’homme qui il est vraiment. Jésus, l’enfant puis l’adulte, nous révèle la toute simple et vivifiante identité de Dieu. Et se faisant l’un de nous, prenant visage d’homme, il donne à chacun de nos visages la beauté de la divinité. Nous venons de tous horizons et chacun est porteur de sa propre histoire, mais à cause de Noël, nous pouvons nous regarder les uns les autres et dire « tu as le visage de l’amour » ! Toi mon enfant, toi mon père, ma mère, mon voisin, mon collègue, mon patron, toi qui es malade, prisonnier, migrant, à la rue, riche ou pauvre, droit dans ta vie ou totalement perdu, en responsabilité ou rejeté et exclu : « Tu as le visage de l’amour. » Voilà la transformation radicale de la nuit de Noël ! Elle est transformation spirituelle, mais aussi transformation sociale et relationnelle !
Nous sommes nombreux ce soir, mais notre présence nous oblige à une mission : « La grâce de Dieu s’est manifestée pour le salut de tous les hommes », disait Saint Paul. Et les anges dans l’Evangile annoncent « une grande joie pour tout le peuple », autrement dit, pour toute l’humanité ! Puisque nous venons de lieux différents et que nous allons y retourner, ne gardons pas cette Bonne Nouvelle pour nous. Ne nous arrêtons pas au Noël des paillettes et des guirlandes et dans la chaleur apaisante de notre soirée. Entrons dans la profondeur du Mystère de cette nuit, et là où nous irons, à ceux que nous rencontrerons, disons-leur, avec confiance et simplicité, cette parole douce et chaleureuse, qui réconforte et vivifie : « Dieu est avec toi ! Ton visage a les traits de l’amour, ta vie a valeur de vie divine. »
En cette eucharistie, en cette célébration, rendons grâce à Dieu, disons-lui merci pour le don qu’il nous fait de sa présence au milieu de nous. Peut-être jamais nous ne saisirons réellement et totalement le mystère de Noël. Mais nous comprenons qu’il est un bouleversement qui vient transformer, convertir nos vies, nos engagements, nos paroles et nos actes, nos relations, et par là, notre monde. En cette nuit de Noël, et chaque jour, pour que chaque jour ait le goût de cette belle fête, redisons-nous et redisons à ceux qui nous entourent : Sois heureux et sois en paix, Dieu est avec toi.
Joyeux Noël !
Amen

Retrouvez les photos de cette belle célébration de Noël

Livre d’Isaïe 9,1-6.

Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière ; et sur les habitants du pays de l’ombre, une lumière a resplendi. Tu as prodigué la joie, tu as fait grandir l’allégresse : ils se réjouissent devant toi, comme on se réjouit de la moisson, comme on exulte au partage du butin. Car le joug qui pesait sur lui, la barre qui meurtrissait son épaule, le bâton du tyran, tu les as brisés comme au jour de Madiane. Et les bottes qui frappaient le sol, et les manteaux couverts de sang, les voilà tous brûlés : le feu les a dévorés.
Oui, un enfant nous est né, un fils nous a été donné ! Sur son épaule est le signe du pouvoir ; son nom est proclamé : « Conseiller-merveilleux, Dieu-Fort, Père-à-jamais, Prince-de-la-Paix ». Et le pouvoir s’étendra, et la paix sera sans fin pour le trône de David et pour son règne qu’il établira, qu’il affermira sur le droit et la justice dès maintenant et pour toujours. Il fera cela, l’amour jaloux du Seigneur de l’univers !

Psaume 96(95),1-2a.2b-3.11-12a.12b-13.

Chantez au Seigneur un chant nouveau,
chantez au Seigneur, terre entière,
chantez au Seigneur et bénissez son nom !

De jour en jour, proclamez son salut,
racontez à tous les peuples sa gloire,
à toutes les nations ses merveilles !

Joie au ciel ! Exulte la terre !
Les masses de la mer mugissent,
la campagne tout entière est en fête.

Les arbres des forêts dansent de joie
devant la face du Seigneur, car il vient,
car il vient pour juger la terre.

Il jugera le monde avec justice,
et les peuples selon sa vérité !

Lettre de saint Paul Apôtre à Tite 2,11-14.

Bien-aimé, la grâce de Dieu s’est manifestée pour le salut de tous les hommes. Elle nous apprend à renoncer à l’impiété et aux convoitises de ce monde, et à vivre dans le temps présent de manière raisonnable, avec justice et piété, attendant que se réalise la bienheureuse espérance : la manifestation de la gloire de notre grand Dieu et Sauveur, Jésus Christ. Car il s’est donné pour nous afin de nous racheter de toutes nos fautes, et de nous purifier pour faire de nous son peuple, un peuple ardent à faire le bien.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 2,1-14.

En ces jours-là, parut un édit de l’empereur Auguste, ordonnant de recenser toute la terre – ce premier recensement eut lieu lorsque Quirinius était gouverneur de Syrie. Et tous allaient se faire recenser, chacun dans sa ville d’origine. Joseph, lui aussi, monta de Galilée, depuis la ville de Nazareth, vers la Judée, jusqu’à la ville de David appelée Bethléem. Il était en effet de la maison et de la lignée de David. Il venait se faire recenser avec Marie, qui lui avait été accordée en mariage et qui était enceinte.
Or, pendant qu’ils étaient là, le temps où elle devait enfanter fut accompli. Et elle mit au monde son fils premier-né ; elle l’emmaillota et le coucha dans une mangeoire, car il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune. Dans la même région, il y avait des bergers qui vivaient dehors et passaient la nuit dans les champs pour garder leurs troupeaux. L’ange du Seigneur se présenta devant eux, et la gloire du Seigneur les enveloppa de sa lumière. Ils furent saisis d’une grande crainte. Alors l’ange leur dit : « Ne craignez pas, car voici que je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera une grande joie pour tout le peuple : Aujourd’hui, dans la ville de David, vous est né un Sauveur qui est le Christ, le Seigneur. Et voici le signe qui vous est donné : vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire. »
Et soudain, il y eut avec l’ange une troupe céleste innombrable, qui louait Dieu en disant : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes, qu’Il aime. »

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Contact

adresse Paroisse Ma Campagne - Puymoyen
2, bld Jean Moulin
16000 Angoulême
+335 45 61 15 04
paroisse.macampagne chez dio16.fr
Accueil à la paroisse les mardis et vendredis de 16h30 à 18h30

Contact

adresse Paroisse Saint Jean-Baptiste
28 rue Pierre Aumaître
16000 Angoulême
+336 09 78 55 52
paroisse.saintjeanbaptiste chez dio16.fr
Accueil à la paroisse les mardis de 10h à 12h



-