Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
https://angouleme.catholique.fr/Rester-fidele-au-Christ

Rester fidèle au Christ

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • réagir
  • 0 vote

Homélie filmée. DIMANCHE 3 MARS 2019
8° Dimanche du Temps Ordinaire , année C

Saint Luc 6, 39-15


Homélie filmée de Fr.Henri Revéreau

Parabole

Pour les enfants, une parabole c’est une antenne de télévision en forme de coupe juchée sur les toits. Elle est là pour recevoir et transmettre des messages. Elle est un passeur de nouvelles !

Dans l’évangile Jésus emploie souvent des paraboles pour se faire comprendre. Ces paraboles sont le plus souvent très concrètes et liées à l’observation de la vie quotidienne.

Aujourd’hui, Jésus parle à ses disciples, en utilisant trois paraboles :

1- Le disciple n’est pas au-dessus du Maître.
Pour se faire comprendre Jésus parle d’un aveugle qui ne peut pas guider un autre aveugle, au risque de tomber tous les deux dans un trou. Chacun a donc sa place et le disciple est appelé à vivre dans l’humilité et surtout dans le rayonnement de son maître.
A deux jours de l’entrée en carême avec le Mercredi des Cendres, comprenons que nous sommes appelés à vivre nos engagements sans prétention et dans la contemplation de Jésus notre Maître et Sauveur, qui nous empêche de tomber dans le trou de notre égoïsme, de notre suffisance, de notre orgueil ! Il nous faut choisir Jésus comme Maître car Il est l’unique Maître empli de sagesse divine. Seuls ceux qui ont appris de lui peuvent bien guider les autres.
Écoutons Saint Paul  : « mes frères bien-aimés, soyez fermes, soyez inébranlables, prenez une part toujours plus active à l’œuvre du Seigneur, car vous savez que, dans le Seigneur, la peine que vous vous donnez n’est pas perdue. »(seconde lecture de la messe de ce dimanche.(1° Cor 15,54-58)

2- Prendre le chemin de l’indulgence, de la bonté.
Dans cet évangile il est donc question de paille et de poutre pour nous faire comprendre quel regard nous devons porter sur les autres : "qu’as-tu à regarder la paille qui est dans l’œil de ton frère alors que tu ne vois pas la poutre qui est dans le tien ! " Cette parole de Jésus invite à inverser le regard : c’est la conversion du regard et du cœur ! En effet, nous ne pouvons pas lire dans le cœur des autres que nous jugeons souvent avec sévérité.
Dans cette seconde parabole, Jésus nous met en garde contre cette tendance de jugement, de médisance très dangereuse pour notre vie de relation fraternelle, de charité.
L’appel de Jésus est celui de l’indulgence, de la bonté, de la compréhension. Si nous sommes exigeants avec nous-mêmes et indulgents avec les autres, alors la vie relationnelle devient chemin de communion dans la paix, dans la joie.
" C’est toi qui nous donnes, Seigneur, ce que nous t’offrons ; pourtant tu vois dans notre offrande un geste d’amour ; aussi te prions-nous avec confiance : puisque tes propres dons sont notre seule valeur, qu’ils fructifient pour nous en bonheur éternel."(Prière sur les offrandes, de ce dimanche)

3- Cueillir les fruits d’un bon arbre.
Par la fenêtre de mon bureau je vois l’abricotier en fleurs ! C’est un bon arbre qui porte beaucoup de fruit lorsqu’il échappe aux gelées de printemps !
La finale de l’évangile de ce dimanche nous parle donc d’un bon arbre, le figuier... et de la vigne ! Jésus veut nous faire comprendre que nous devons être un bon arbre aux fruits de bonté, de pardon, de communion . Puis Jésus nous parle de l’homme bon qui tire du trésor de son cœur ce qui est bon...

Si nous passons notre temps à critiquer les autres, cela veut dire que nous sommes un mauvais arbre, que notre cœur est mauvais. Nous comprenons que cette remarque de Jésus nous conduit à demander à Dieu de nous donner un cœur bon. Dans le livre du prophète Ezéchiel, ch 36, 26-27 et vous y resterez fidèles, Dieu dit : « je vous donnerai un cœur nouveau, je mettrai en vous un esprit nouveau. J’enlèverai votre cœur de pierre et je vous donnerai un cœur de chair. Je mettrai en vous mon esprit, alors vous suivrez mes lois, vous observerez mes commandements et vous y resterez fidèles. »

4- La prière, le jeûne, l’aumône.
Lorsque vous recevrez cette méditation, nous serons à deux ou trois jours de l’entrée en Carême avec la célébration du Mercredi des cendres. Nous entendrons dans l’évangile l’appel à la prière, au jeûne, à l’aumône.

La prière :

Elle est « un commerce d’amitié avec Dieu » selon Sainte Thérèse d’Avila. Elle est « un élan du cœur vers Dieu, » selon Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus. Elle est pour chacun de nous un regard, une parole, un silence, une louange une supplication, une demande de pardon vers Dieu notre Père. En ces quarante jours qui vont nous conduire à la joie de Pâques, prenons le chemin de la prière personnelle et communautaire. Écoutons et vivons « aujourd’hui ne fermez pas votre cœur, mais écoutez la voix du Seigneur.... »

Le jeûne :

Oui nous ferons effort pour nous priver d’excès de nourriture. Dans mon diocèse, et peut-être ailleurs, il nous est conseillé de vivre, chaque semaine, le mardi sans viande accompagné d’un repas frugal ! Chacun de nous saura trouver comment jeûner !
Le Carême est aussi un temps où nous pouvons jeûner autrement : stopper nos jugements hâtifs et malveillants, porter une regard bienveillant sur les personnes, rendre visite à un malade....nous détacher un peu de nos écrans !...

L’aumône :


Pour répondre à ce troisième appel, le CCFD nous propose un chemin : Carême 2019 : « Pour vaincre la faim, devenons semeurs de solidarité. » Nous pourrons y répondre par un geste de solidarité dans le partage, à l’occasion des soirées « bol de riz » par exemple.

" Donne-moi une bonne digestion, SEIGNEUR ?
Et aussi quelque chose à digérer.
Donne-moi la santé du corps avec le sens de la garder au mieux.
Donne-moi une âme sainte, Seigneur, qui ait les yeux sur
la beauté et la pureté, afin qu’elle ne s’épouvante pas en voyant le péché,
mais sache redresser la situation.
Donne-moi une âme qui ignore l’ennui, le gémissement et le soupir.
Ne permets pas que je me fasse trop de souci
pour cette chose encombrante que j’appelle « moi ».
Seigneur, donne-moi l’humour pour que je tire quelque bonheur
de cette vie et en fasse profiter les autres. "
Amen !

( Prière de Saint Thomas More, philosophe, humaniste
et théologien anglais de XVI siècle)

Je souhaite à chacun des lecteurs de cette humble méditation d’entrer dans la joie du Carême et de suivre les chemins de la prière, du jeûne et de l’aumône avec générosité, humilité et souci de la communion fraternelle.

Frère Henri Revéreau missionnaire de Sainte Thérèse

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

adresse Paroisse Segonzac
1 rue Jean d’Hermy
16130 Segonzac
+335 45 83 40 07
paroisse.segonzac chez orange.fr


Dans l'Eglise

Nouvelles du Vatican

Ecouter Radio RCF Charente

KTO

Eglise catholique en France

Agenda


Relais de la Paroisse


Equipe du deuil

Equipe EAP

Doyenné Ouest-Charente et ses 3 secteurs


-