Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
https://angouleme.catholique.fr/Reunion-d-information-et-d-echange-mercredi-4-novembre-proposee-par-le-Pole
        Réunion d’information et d’échange, mercredi 4 novembre, proposée par le Pôle (...)

Réunion d’information et d’échange, mercredi 4 novembre, proposée par le Pôle Solidarité

Accueil des réfugiés et migrants en Charente

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • réagir
  • 0 vote

« J’étais un étranger et vous m’avez accueilli » (Mt 25, 31-46)

  • Pierre Ancelin, animateur du Pôle solidarité du diocèse intervient sur RCF Charente sur l’accueil des réfugiés - (mp3 - 7.1 Mo) Télécharger

Le Pape François appelle « chaque paroisse d’Europe » à accueillir une famille de réfugiés (la Croix 6 septembre 2015).

Des personnes qui courent pour monter par tous les moyens dans des trains déjà bondés, des cohortes de piétons le long des routes, des bateaux bondés à la limite du chavirage…..voilà les quelques images que nous offrent en boucle les chaines d’information en continu….

Des débats ont lieu ici et là : on y enregistre des postions les plus catégoriques de refus face à des positions paraissant « presque naïves » d’accueil tant les problèmes humains et géopolitiques sont douloureux et complexes.

Les pouvoirs publics ont annoncé les efforts qu’était prête à faire la France (voir point de repères en annexe). De nombreuses associations, caritatives et humanitaires, laïques et confessionnelles ont lancé des appels afin qu’une mobilisation massive se mette en place.

L’Eglise de France, saluant l’appel du Pape François rappelle que « depuis de nombreuses années, des diocèses, des paroisses, des communautés religieuses, des monastères, des sanctuaires et des associations œuvrent déjà auprès des réfugiés ».(voir annexe)

L’Eglise de Charente s’associe à toutes ses initiatives. Cependant elle ne dispose pas des moyens humains et matériels ainsi que des compétences pour organiser seule un accueil de qualité. Par ailleurs de nombreux chrétiens sont déjà engagés dans de nombreuses structures de proximité laïques ou confessionnelles.

Le logement représente le point le plus important à résoudre. Les pouvoirs publics se sont engagés à fournir des logements d’accueil.

Le pôle solidarité vous invite donc à repérer dans votre secteur toute initiative d’accueil prise par les collectivités locales ou groupe de personnes organisées : communes, communautés de communes, département…autres…

Le Pôle Solidarité vous donne dans ce premier envoi, quelques informations pour tenter de répondre à vous interrogations :

1. Regard sur les migrants et réfugiés :
ce ne sont pas "des délinquants", des personnes qui nous effraient, mais des hommes, des femmes, des enfants, des familles de toutes cultures et religions en grande précarité, menacés dans leur intégrité et leur dignité.

2. Que faire ?

Travailler en équipe, à partir d’associations locales existantes et travailler en réseau à partir de collectifs existants ou se créant pour l’occasion ; au-delà du logement, des besoins sont à satisfaire : apprentissage de la langue française, démarches administratives : obtention de la carte de séjour et ou régularisation des papiers d’identité, accès aux soins, accès à l’éducation pour les enfants….
Les réfugiés peuvent également avoir besoin de meubles, de matériel pour équiper la maison, de vêtements….ainsi que d’une aide financière pour faire face aux dépenses du quotidien….Enfin des temps conviviaux et de fraternité leur permettront de s’intégrer plus facilement.

... ou ne pas faire
ne pas se lancer seul, l’accueil de réfugiés à domicile nécessite un investissement personnel qui peut se révéler pesant au quotidien « le ratio d’une famille d’accueil pour une famille de réfugiés est lourd », notamment pour la famille accueillante.

3. se préparer

• à la souffrance : certains migrants, outre qu’ils ont tout laissé, et ou qu’une partie de leur famille est encore sur place, ont vécu des parcours extrêmement difficiles (violences physiques, voire sexuelles pour les femmes et les enfants) qui peuvent induire maintenant des réactions psychologiques déstabilisantes pour les accueillants.
• à la différence culturelle : accueillis et accueillants devrons modifier leurs habitudes et s’adapte les uns aux autres.

4. Concrètement :
• Déjà des initiatives existent sur le terrain, à Cognac, Barbezieux, Rouillac, Blanzac, des personnes individuelles se sont aussi manifestées auprès du diocèse…….

Pour aller plus loin et vous donnez un mode opératoire concret, le Pôle Solidarité propose une réunion d’information et d’échange

le mercredi 4 novembre,
à la maison diocésaine
de 20 h à 22 h
à destination des paroisses, des mouvements et services

Chaque paroisse et mouvement et service peut se faire représenter par deux personnes ou plus désignées et mandatées par l’EAP sensibles à l’accueil de l’étranger. Bien entendu, nos frères prêtres seront les bienvenus à cette réunion.

Pour organiser au mieux cette réunion et gagner en efficacité nous vous demandons dès réception de ce document de faire remonter au Pôle solidarité toutes les questions que vous vous posez.

Comptant sur votre attention à ce document, et votre large participation à la réunion du 4 novembre, fraternellement,


P. Guy Rougerie, vicaire général
Pierre Ancelin, animateur du pôle solidarité

Sera représenté à la réunion du Pôle Solidarité du 3 ou 4 Novembre 2015

Vous pouvez également faire part de votre présence :

Par mail : à Pierre Ancelin à pf.ancelin chez yahoo.fr / ou par tél au : 05 45 69 03 61 / 06 85 56 35 77

Par courrier : Pôle solidarité - Maison diocésaine 226 rue de Bordeaux - 16000 Angoulême

* champ obligatoire

1 réaction


4 janvier 2017 08:31, par Denis

Votre article est vraiment bien il recadre les choses, dés fois nous sommes pris dans nos peurs et nous oublions notre empathie, lorsque nous nous mettons à la place des migrants et qu’on prend conscience du chemin parcouru jusqu’ici, de la déchirure que c’est de quitter son pays (habitudes, odeurs, environnement familier), de quitter sa famille et ses projets, on n’est plus dans le train train à calculer le plafond du loyer ou régler les factures pinel, on est dans la survie et on fait peur aux autochtones du pays dans lequel on vient migrer, alors oui soyons solidaire et n’ayons pas peur, nous sommes tous les créatures de Dieu

- Répondre à ce message


 

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Dans l'Eglise

Nouvelles du Vatican

Ecouter RCF Charente

KTO

Eglise catholique en France

Logo MessesInfo

Agenda

Rendez-vous

Les doyennés et paroisses



-