Diocèse d’Angoulême, Eglise catholique de Charente
https://angouleme.catholique.fr/Transfiguration

Transfiguration

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • réagir
  • 0 vote

DIMANCHE 8 MARS 2020
2ème Dimanche de Carême, année A
Saint Matthieu 17, 1-9
***


D’UNE MONTAGNE A L’AUTRE …

DANS LA BIBLE....

Dans la Bible, la montagne est un des lieux de rencontre avec Dieu.
- Moïse reçoit les tables de la Loi, les dix commandements, sur une montagne où il s’en est allé pour prière.
- Le prophète Élie rencontre Dieu dans la brise légère d’une montagne.
- Avec Jésus nous gravissons la montagne pour recevoir le message des Béatitudes. Nous irons ensuite sur la montagne du Golgotha.
- Mais en ce dimanche, nous rejoignons Pierre, Jacques et Jean son frère sur la montagne de la Transfiguration où Jésus est transfiguré devant eux.

DANS LA MÉMOIRE DE MON CŒUR...

Je suis sur la montagne de l’Horeb d’où l’on aperçoit, dans la vallée, la Terre promise. C’était à la tombée de la nuit, un orage accompagnait le groupe de pèlerins auquel j’appartenais. Des lames de feu traversaient le ciel. Comme une théophanie (manifestation de Dieu) ce « spectacle » m’impressionnait. Nous sommes restés en silence un long moment. Chacun priait avec les mots secrets de ses peurs, de ses joies, de sa contemplation. Je chantais
« Ô Seigneur, qu’il est grand ton nom, par tout l’univers. »

Nous avons-rendez-vous sur la montagne de la Transfiguration

Puis un autre jour, nous avons suivi le sentier qui conduit au mont de la Transfiguration, environ 40 minutes de marche, en silence, chacun à son rythme, au son de la mélodie du chant des oiseaux, bercés par la danse des fleurs, et sous la chaleur du soleil. Roger, un ami prêtre déjà avancé en âge, soufflait et s’essoufflait. J’étais encore jeune à l’époque. Je l’aidais de mon mieux en prenant son sac sur mon dos, en lui donnant mes bâtons de marche...Et soudain comme une apparition, nous arrivons. Une allée de bougainvilliers nous offre un peu d’ombre mais beaucoup de beauté : fleurs rouges, roses et blanches, un hymne à la création et au Créateur. Un discret parfum qui me fit dire « çà sent le Bon Dieu ! » Nous voici maintenant debout au milieu d’un grand espace vert. Là encore, il faut écouter le silence : l’amour de Dieu en sa présence dans la nature, dans nos vies, dans nos rencontres, ne fait pas de bruit. En ouvrant notre Évangile, nous lisons à haute voix le récit de la Transfiguration. Puis nous faisons silence après avoir entendu dans nos cœurs :

« Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-le. »

Je réalise alors que je suis ce fils bien-aimé appelé à écouter la voix du Seigneur. Il fait bon. On ne voit pas le temps passer. Grande est la tentation de vouloir rester comme les trois disciples du Seigneur !... mais il faut redescendre dans la vallée de la vie quotidienne. Cependant on ne redescend pas comme on est monté. Il reste en moi, en nous, pèlerins de la soif de Dieu, une présence, une voix, un amour qui nous, qui me transfigure.

- Transfigurés, visages changés, passage de l’ombre à la lumière, du doute à la foi, de la peur à l’audace, de la solitude à la communion avec Dieu, avec les autres et avec la nature.
- Transfiguration, célébration d’une rencontre qui illumine notre quotidien. Le visage émerveillé d’un enfant, les mains ouvertes d’un malade au sourire illuminé par la présence d’un être cher, d’un ami venus le visiter ; l’écoute attentive, bienveillante, affectueuse d’un frère, d’une sœur, d’un ami qui devine mon angoisse, les mains ouvertes qui s’offrent en gratuité au soutien, au partage ; la parole discrète qui apporte un réconfort, une expression de gratitude, de pardon, de communion. Tant et tant de petits gestes, d’humbles expressions qui transfigurent.... et je chante : « Je cherche le visage, le visage du Seigneur ; je cherche son image tout au fond de vos cœurs. » ou bien, comme à la Vigile Pascale : « Joyeuse Lumière, splendeur éternelle du Père,
Saint et bienheureux Jésus-Christ...C’est Toi qui transfigures... »

- En cet instant je pense au « Lac des Cygnes », aux danseurs, aux danseuses qui glissent en une danse qui transporte nos émotions en regardant leurs évolutions légères et tellement gracieuses.
- Je regarde en silence ce moine, cette moniale qui font fi du temps et de l’environnement, à genoux, en tenue d’offrande et de contemplation. Ils me transfigurent et m’aident à mon tour à laisser Dieu être Dieu en moi.
- Je pense encore aux parents penchés sur le berceau du fruit de leur amour : le regard émerveillé et souriant de leur enfant les transfigure.

EN MARCHE VERS LA MONTAGNE DU GOLGOTHA


Les 40 jours, les 40 nuits du Carême
nous préparent à rejoindre Jésus au Mont du Golgotha. C’est que se manifeste l’ultime Transfiguration. Par son passage par la mort et par sa résurrection, Jésus vient transfigurer nos vies de pécheurs. La Transfiguration n’a rien d’un rêve.
Elle nous invite d’abord dès maintenant et chaque jour à NOUS LAISSER AIMER PAR DIEU  : l’aube de Pâques nous montrera que la vie peut surgir de la mort ; elle est vainqueur de nos peurs, de nos nuits...
Puis, Transfigurés par notre humble et paisible abandon à la volonté divine, à être des « transfigurants », c’est à dire à rayonner de la lumière d’amour qui éclaire notre vie.
Cela se réalisera à la mesure de la qualité de notre relation aux autres :

« Aimer ! c’est tout donner et se donner soi-même... »

Écoutons message du Pape François dans son Exhortation Apostolique « Gaudete et Exsultate »
« Même si le Seigneur nous parle de manières variées, dans notre travail, à travers les autres et à tout moment, il n’est pas possible de se passer du silence de la prière attentive pour mieux percevoir ce langage, pour interpréter la signification réelle des inspirations que nous croyons recevoir, pour apaiser les angoisses et recomposer l’ensemble de l’existence personnelle à la lumière de Dieu.
Nous pouvons ainsi laisser naître cette nouvelle synthèse qui jaillit de la vie illuminée par l’Esprit. »

N’est-ce pas cela la Transfiguration ?

Entrons dans la prière !

« Choisis la vie, c’est une flamme
qui parait sur les sommets.
Choisis d’aller par le Thabor,
tu entendras la voix du Bien-aimé. » (G 61-69)

« Fais que je marche, Seigneur,
aussi dur que soit le chemin.
Je veux te suivre jusqu’à la Croix,
Viens me prendre par la main. »
(GP 79-3)

Avec ma prière fraternelle pour chacun, dans la lumière de la Transfiguration,

Frère Henri Revéreau,Missionnaire de Sainte Thérèse, Curé de Segonzac

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

adresse Paroisse Segonzac
1 rue Jean d’Hermy
16130 Segonzac
+335 45 83 40 07
paroisse.segonzac chez orange.fr


Dans l'Eglise

Nouvelles du Vatican

Ecouter Radio RCF Charente

KTO

Eglise catholique en France

INFOS LIENS N°7- Mai 2020

Agenda


Relais de la Paroisse


Equipe du deuil

Equipe EAP

Doyenné Ouest-Charente et ses 3 secteurs


-